Changement de tournant pour la pub caritative

Malgré la crise et la baisse du pouvoir d’achat, les associations caritatives sont toujours là pour nous « rappeler à l’ordre » sur les besoins qui existent toujours de l’autre côté de la planète. Pour marquer le coup dans un univers grisonnant relayé en grande partie par le pessimisme des médias, elles durcissent leurs messages par de la provocation, de l’interpellation et un message par la négative. L’url du nouveau site de campagne de la Fondation de France est : www.jenedonnepas.fr, et l’info circule depuis quelques semaines sur la toile et sur les ondes. Adhère ? Adhère pas ? L’acte de don demeure quelquechose de très personnel, mais on ne peut rester insensible à ce changement de stratégie.

En effet, habituellement la pub caritative est centrée sur les cibles : enfants malnutris, paysages dévastés …, là c’est le donateur qui est au centre du message, et c’est peut être pas plus mal. On se sent peut être plus concernés, parce que la majorité de nous ne donnons pas, pour diverses raisons, mais surtout par un manque de motivation dû à un manque d’informations sur le cheminement du don et à qui il va réellement bénéficier. Là, c’est clair : on arrive sur le site jenedonnepas.fr, avec au centre le slogan – en réponse à l’url- : « Je donne à la Fondation de France » et le sous slogan : « Retrouvez les 5 actions de la Fondation de France en cliquant sur chacun des portraits ».

fondation_france.gifLes portraits montrent alors 8 personnes, d’âges et de sexes différents (représentativité de la population oblige), qui possèdent chacun un cadre cliquable avec un message : « Pour les mal logés »« Pour les exclus »« Pour les personnes handicapées »« Pour les adolescents », « Pour la recherche »« Pour les enfants »« Pour l’environnement »« Pour les personnes âgées ». On peut alors sélectionner la cible que l’on souhaite. On accède alors à une page avec la cible que l’on a sélectionnée, par exemple « je donne pour les enfants » , avec une vidéo explicative très bien faite où un membre de la fondation détaille les projets concrets qui pourraient être financés par nos dons.

Etant donné la transformation des méthodes de financement des associations qui emploient maintenant medias et coups de com ‘peut être de façon un peu trop excessive, les donateurs se plaignent de plus en plus d’un manque de relation privilégiée avec ceux à qui ils donnent. La Fondation de France a donc semble-t-il, opté pour le bon créneau. Et le message par la négative ? Comme dit précédemment il est de bon ton dans la noirceur actuelle, et puis en France, on utilise souvent ce genre de tournure, et ça a l’air de plutôt bien marcher.

Après certains n’aimeront pas le côté discriminant de « donnons mais donnons bien » qui ne fait peut être que renforcer dans la tête des donateurs une concurrence déjà existante entre les ONG. Peut être une démarche de la fondation de France dans le but de sécuriser le donateur après les affaires de l’Arc et de l’Arche de Zoé. En tout les cas, avec la masse d’informations qui circulent sur le net, pas facile de trouver sa place, on peut donc leur donner un bon point pour l’originalité de la démarche.

Groupe 4 – Promo 2009 MBA MCI

Comments are now closed for this article.