Dans la Blogosphère, je demande : “Zora la Rousse”

Son blog chroniquesmabanlieue.com, est un regard au féminin, engagé et décoiffant, porté sur la vie à Saint-Ouen (93400). Sélectionné par France info et Public Sénat (Parlons blog), il figure aujourd’hui parmi les V.I.Blogs de 20minutes.fr (4e site d’infos français).

Zora 3

Au rayon “chiffres” :

  • 15 000 visites/mois, plus de 30 000 pages vues par mois.
  • 2 à 3 chroniques d’humeurs par semaine
  • Une newsletter envoyée tous les 15 jours, pour plus de 500 abonnés.

Interview express de Valérie BERNARD, alias Zora la Rousse, qui nous en parle avec passion.

* Au départ, quelle est ta motivation ?

D’abord, livrer un autre regard sur la banlieue, autre que le traitement médiatique actuel, très caricatural, les émeutes de 2005 n’ayant pas changé grand chose. A leur décharge, pour en avoir débattu avec certains journalistes, c’est difficile pour eux d’entrer dans la réalité de ces quartiers sans tomber dans le cliché du lascar de cité ou de la gentille bobo qui fait des bondieuseries du 21e siècle.

Ensuite, l’engagement citoyen sur le terrain dès que j’ai traversé le périf en 2004 : parents d’élèves, asso défense qualité de vie et urbanisme dont sauvegarde des jardins ouvriers, puis pôle citoyen ZAC des Docks de Saint-Ouen (100 Ha, la plus grande surface en IdF après ZAC boulogne sur anciens terrains Renault). Cela m’a permis de faire des rencontres avec des personnes que ma trajectoire sociale d’origine n’aurait jamais mis sur ma route.

Je dispose de carnets de notes bourrés d’anecdotes, mon tél. portable regorge de photos, pour alimenter le blog … Les progrès techno sont une chance !

* Y a-t-il un évènement déclencheur, une expérience « fondatrice » ?

La conjonction de différentes choses qui m’ont donné envie de raconter mon quotidien à la croisée de monde totalement différents (cadre sup et banlieue ultra popu et coco-ethnique) … bref bousculer un peu les idées reçues.

- Les réunions publiques où les habitants plutôt pro Cocos déclament leurs peurs de l’envahisseur Bobos, alors que dans le même temps ces mêmes Cocos prônent la diversité et la mixité sociale.
- Mais aussi, les infos, les reportages clichés de la télé.
- Et enfin les séances caméra café au boulot : “mais comment tu fais pour vivre là-bas, dans le 9trois ?”

Tout ça conjugué m’a motivée pour prendre la parole et raconter, sous forme de chroniques d’humeurs, mon quotidien dans le 9cube, entre conte de fée social et western urbain. Mon quotidien de ménagère, manager et citoyenne. Le grand écart qui existe parfois entre ses 3 vies, la ligne 13 du métro étant une sorte de colonne vertébrale entre tous ces mondes.

* Pour toi, le blog c’est plutôt : un livre ouvert / un court métrage / un porte-voix / une discussion à bâton rompu / un tremplin …?

  1. Un livre ouvert, entre coups de coeur et coups de gueule, une prise multiple où convergent des banlieusards de toute la France et même de Québec.
  2. Un tremplin pour les médias : certains journalistes me contactent pour trouver des infos et un point d’entrée pour effectuer des reportages dans les quartiers.
  3. Un haut-parleur pour faire connaître, alerter, titiller, bousculer les politiques, comme les médias, sur l’aménagement du territoire et donc la banlieue même s’il y a des banlieues, l’école, la mixité sociale, le développement durable.

* Tu insistes sur l’engagement citoyen, l’action au quotidien. Comment se fait l’articulation entre une chronique 2.0 et « la vraie vie » ?

C’est la vraie vie qui m’inspire : une réunion publique, une sortie d’école, une brève de trottoir, c’est tout ça qui construit mon quotidien et nourrit mes chroniques.

* Quelles sont tes plus belles rencontres ou découvertes via ton blog ?

Ce sont d’abord celles faites sur le terrain des engagements citoyens, derrière le périf et les clichés sur la banlieue : avec des habitants, des profs, des élus locaux de tous bords.

Ces engagements nous poussent à participer à des débats avec d’autres engagés citoyens et/ou politiques : exemple, avec Quitterie DELMAS (les jeunes libres, figure politique montante du Modem) et JP CHAPON (fervent défenseur du Grand Paris et militant PS), mais aussi des jeunes de Neuilly engagés auprès de JC FROMENTIN.

Au Festival de Romans de la création sur internet (chroniquesmabanlieue finaliste catégorie expression citoyenne), j’ai rencontré Christophe GINISTRY (un grand môsieur du web), mais aussi Archippe et Gilles, tous 3 trois fondateurs de Internet Sans frontières. Sans oublier cette enseignante incroyable (Christelle MEMBREY, CICLA) qui a reçu le prix coups de cœur pour son action auprès des lycéens pour les former à être des citoyens acteurs et non pas spectateurs.

J’ai rencontré dans la vraie vie des blogueuses que je suivais comme les Ménagères, Benédicte la flic. Ou encore des blogueurs citoyens comme Martine de Cergyrama (co-voiture paris-romans ensemble), Bruno du vidéo-blog de Roubaix (banlieue Lille), ou Dominique de Mon saint Egrève, dans l’Isère.

Ces blogs citoyens occupent un espace laissé vide entre le journal municipal (forcément partisan qqsoit l’étiquette du maire) et le journal local.

A République des Blogs, rencontre mensuelle de blogueurs politiques/citoyens, j’ai rencontré Versac, revue et sympathisé avec Quitterie DELMAS que j’admire et apprécie beaucoup.

Voilà, on peut dire en langage Geek, que mon blog est « click and mortar ».

Le blog m’a aussi permis d’être invitée à l’université d’été du MEDEF, au Women’s Forum for the Economy and Society.

Sur la base des engagements de terrains, sans le blog pour les mettre en lumière, je ne sais pas si j’aurais été invitée. C’est un accélérateur de rencontres dans la vraie vie, un refondateur de liens sociaux et d’échanges.

Au MEDEF c’est sûr, vu que j’étais invitée dans le cadre de l’opération live-blogging, avec un badge blogueur. Rencontres avec Franck RIBOUD, Aude de THUIN, Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET au MEDEF.

Ensuite, cette rencontre avec Aude m’a permis d’être invitée au Women’s Forum où j’ai pris la parole dans des réunions publiques et à chaque fois renvoyé vers mon blog, comme un livre ouvert, de témoignages à consulter pour mieux trouver des solutions ensemble sur la mixité sociale, la mobilité sociale, l’école….

* Aujourd’hui, imaginerais-tu la vie en no-blog ?

Ce serait dur : d’abord je reçois des mails des lecteurs parfois si trop de latence entre 2 chroniques. Ensuite, l’écriture a toujours fait partie de ma vie, depuis l’enfance, c’est comme une addiction.

* Tes inspirateur(rice)s dans la blogosphère ?

Bien sûr j’adore particulièrement certains blogs…. De nombreuses filles, figurent dans ma liste « ma blogothèque » et quelques mecs, à consulter sur mon blog.

Je suis surtout inspirée par des lectures plus « terrestres » : Docteur Aga dans Elle (Alix GIROD de L’AIN), le journaliste et auteur Pierre-Louis BASSE et de jeunes auteurs trentenaires comme David FOENKINOS, Stephen CARRIERE, Nicolas REY, Florian ZELLER, Audrey DIWAN, les chroniques d’Europe 1 de Pierre-Marie CHRISTIN, TADDEI

* As-tu quelques conseils « techno », les astuces à connaître à tout prix, les pièges à surtout éviter ?

  • Des billets pas trop longs, avec des niveaux de lectures et chapeaux qui donnent envie d’approfondir. Je ne suis pas toujours exemplaire…
  • Associer les lecteurs à la réflexion, lancer questions et débats.
  • Se servir des widgets (blog it express notamment) pour rappeler des essentiels ou connaître ses lecteurs et aller voir leurs blogs et y laisser des com’ pour continuer à enrichir et dynamiser les échanges sur la blogosphère.
  • Essayer de garder un rythme récurrent de publications (exactement comme dans le rubriquage d’un journal classique ou des RdV TV), pour fidéliser les lecteurs, qui vont revenir parce qu’ils savent que vous publiez plutôt tel jour, vers telle heure.
  • Ne pas hésiter à publier certains articles en plus ailleurs, sur des plate-formes qui vont démultiplier le lectorat : comme Cozop, Agoravox, Esprits libres, come4news, le post, Le nuage de filles, ladies room.
  • Se référencer dans les annuaires de blogs, se faire connaître par les communautés des réseaux sociaux comme facebook, myspace, viadeo…

Et puis le faire par passion, avec sincérité, comme pour un journal intime. Sinon, le risque est de basculer dans le pseudo journalisme et on perd en fraîcheur, en regard neuf.

Ne pas croire que l’on va gagner de l’argent, attention aux agences de buzz et aux billets sponsorisés. Ou alors, sauf si on est un expert en mode, en cuisine et en techno, mais la concurrence est rude…


* D’après toi qu’est-ce que les nouveaux médias « instantanés » changent-ils dans notre rapport au monde et aux autres ?

Libération de la parole, même si parfois le commentaire anonyme est un piège à diffamation. Enfin des moyens pour la démocratie participative !

Les personnes qui n’osaient pas venir dans les réu publiques, ou s’exprimer sur des sujets d’actu comme du quotidien, peuvent prendre part au débat : sur les sites d’infos de presse tradi (en com’ d’articles), comme sur les blogs.

A chaque lecteurs/internautes de faire la part des choses entre infos de blogueurs qui parfois alimentent les journalistes et les blogueurs purs qui parlent de tout et de rien et c’est bien leur droit puisque nous avons la chance de vivre en démocratie.

Perso, je ne me prends pas du tout pour une journaliste et mon ton est tout sauf neutre !

La formule 20minutes est intéressante : 2 rédactions papier et web.

Ensuite les blogueurs viennent en complément.

Quand j’étais au Medef et au Women’s Forum, en bas de l’article du 20minutes papier, il y avait en encadré avec renvoi vers mon blog. Ce renvoi crée du trafic vers mon blog et aussi potentiellement vers 20minutes.fr.

Se pose après la question du business model : je blogue gratos et 20minutes monnaye lui son espace pub auprès des annonceurs.

Rapidité de l’info = aussi rapidité d’action, on le voit pour Monputeaux.com ou internet sans frontières quand il s’agit de mobiliser les internautes ou l’opinion publique.

Facilite l’accès à l’engagement et aux infos citoyennes.

Accélérateur de lien social, encore plus avec les progrès du tél mobile : on peut bloguer, podcaster, twitter de partout et de n’importe où.

Découverte de talents qui ne seraient pas exprimés sans le média web : auteur, musiciens, graphistes, poètes… allez voir myspace, dailymotion et vous verrez….

D’ailleurs si ça continue sur la ligne 13, je crois que je vais live-bloguer et inciter les usagers en direct en faire un sit-in (vidéo et photos via blackberry et relayer par la une des lecteurs 20minutes : comme quoi les blogs ont besoin des médias tradis) jusqu’à ce les médias interviennent pour exiger avec nous des brigades de bus de remplacement…

Les nouveaux médias, quand on a emploi du temps de dingue comme moi qui suis ménagère, manager et citoyenne, c’est beaucoup de temps de gagné : recherche d’activités pour les enfants, exposés d’école, banque, places de théâtre, mails et albums photos partagés avec amis et familles…

C’est de la qualité de vie, plus de temps libre pour la vie réelle en famille, entre amis.

(Grand merci à Valérie pour son temps, sa générosité et ses précieux conseils de pro).
Zora 1

Billet publié par Yves PHILIPPE – Promo MCI Part Time 2008

Comments are now closed for this article.