DU CONSOMMATEUR AU CLIENT

Conférence d’Abdu Gnaba, anthropologue, sociologue et fondateur du cabinet d’études Sociolab.

L’anthropologie sociale et culturelle permet d’appréhender un groupe de l’intérieur en vivant avec, le but étant de comprendre le sens social et culturel que l’homme donne aux choses. Pour Abdu Gnaba, l’acte de la consommation est un acte social, celui qui permet le partage, l’échange, la communication et la construction de soi.

L’acte d’achat n’est pas une nécessité, puisque les objets de consommation sont tous des objets culturels. C’est là toute la différence entre le désir et le besoin. Le besoin est un état de survie, le seul besoin essentiel à l’homme étant l’eau.

Il est donc important de  comprendre les mécaniques du désir :
Le désir, est le «plus» (référence au + de Canal Plus ? lieu de la conférence), consommer, étant le seul moment où le consommateur se sent exister. C’est dans ce «plus» qu’il y a de la valeur, de l’humanité (le sens et la culture).Toutes les sociétés n’existent que par la prodigalité inutile pour affirmer sa position sociale.
La création du désir de consommation passe par l’identification. En effet, l’homme a essentiellement besoin de l’autre, autrement dit de l’image du groupe auquel il veut appartenir, il souhaite se projeter dans ce groupe, faire partie du club. Les valeurs ou le mythe d’origine de l’entreprise sont très important, ils doivent être respectés.

La société de consommation et d’échanges a recréé des castes, on est tous déterminés par notre groupe social.La valeur des biens est dans leur symbole, c’est le signe de reconnaissance car il fait référence au prestige, au confort. Les objets ne se définissent pas par leur utilité mais par le prestige qu’ils procurent.

L’acte d’achat est l’affirmation de son appartenance à un groupe mais il permet aussi aux gens de se rassurer, de calmer leurs angoisses et c’est encore plus vrai en période de crise. Preuve en est, au premier semestre 2010, toutes les marques de luxe ont renoué avec la croissance,le groupe LVMH affiche même une croissance record avec des ventes en hausse de 16 % à 9,099 milliards d’euros.

NLG-MCI Part-Time 2009/2010

.

Comments are now closed for this article.