Google Health est-il vraiment mort ?

Le 24 juin dernier, Google annonce l’arrêt de Google Health, son service de dossier médical en ligne. La raison invoquée par Aaron Brown en charge de ce qui a trait à la santé chez Google, est le le faible taux d’adoption par les internautes, mais ajoute tout de même que cela a servi de modèle.

Rappelons que Google Health, lancé à la mi 2008, sorte de dossier médical partagé en ligne limité aux résidents des Etats-Unis, permettait aux patients de stocker et communiquer des données médicales personnelles. Ces informations pouvaient ensuite être partagées avec les médecins de leur choix en stipulant, pour chaque praticien, le niveau de confidentialité lié à leur accès.

Microsoft avait dévoilé une offre similaire appelée HealthVault quelque mois plus tôt.

Google Health doit s’arrêter le 1er janvier 2012, mais les internautes pourront encore télécharger leurs informations durant tout 2012. Au 1er janvier 2013, elles seront supprimées. Aaron Brown indique également que dans les prochaines semaines, Google Health comprendra une fonctionnalité de transfert des données vers d’autres services, y compris dans HealthVault de Microsoft, et à condition qu’ils supportent le protocole Direct Project.

A la lecture de cette annonce, faut-il comprendre que cela est une bonne nouvelle pour les responsables de la e-santé en France, en charge notamment du DMP (projet de dossier médical en ligne). Cela laisse un espace de visibilité pour l’ASIP chargée par l’Etat de la mise en place du DMP .

Enfin, c’est que l’on aurait pû se dire à la lecture de cette nouvelle, or, Google annonce dès le 29 juin, la sortie de Google+. Ensemble de fonctions qui s’associent aux services Google existants et qui permettent de partager ses informations personnelles avec des groupes de personnes que l’on créé soi-même (on définit ainsi ses différents cercles de relations selon les sujets, les affinités,…).

De fait, on pourra ainsi, créer un groupe « santé » incluant son médecin traitant, les professionnels de santé et les tous les contacts souhaités avec lesquels on souhaitera communiquer autour de sa maladie, son traitement, son quotidien …et tout cela dans son environnement Google habituel, pas besoin d’un service spécifique…exit Google Health (en effet, il n’y a plus d’intérêt).

Enfin, cela n’est qu’une supposition.

Que feront les patients internautes français ? Vers quel service iront-ils ? Et vous, qu’en pensez-vous ?

Rédigé par Fabrice Vezin – MCI PART TIME 2010/2011

Comments are now closed for this article.