Interview avec Frédéric Cavazza

Comment vous appelez-vous ? Est-ce votre vrai nom ou un pseudonyme ?

Je m’appelle Frédéric Cavazza, et ce n’est pas un pseudonyme mais mon véritable nom. Lorsque j’ai commencé à blogger, j’ai vu d’autres personnes utiliser leur nom et prénom et je trouvais que cela avait du sens.

Depuis quand bloggez-vous ? Qu’est-ce qui vous a motivé pour créer votre blog ? Comment avez-vous choisi votre thématique ?

Je bloggue depuis environ cinq ans et demie ; et j’ai commencé tout naturellement en lisant d’autres blogs surtout américains. J’avais envie de relayer l’information de ces blogs et surtout de créer l’équivalent en français. Ce qui n’existait pas encore à l’époque. Aujourd’hui mon activité de bloggeur a bien évidemment évolué. Je n’agis plus comme un simple relais des informations pertinentes dont je peux prendre connaissance ; mais je positionne clairement dans mes écrits, j’ai un style d’analyse qui m’est propre ; une façon personnelle de voir les choses. Je suis principalement intéressé par des thématiques de niches.

Combien de temps par jour consacrez-vous à votre activité de bloggeur ?

Je lis environ 600 blogs par jour (environ 100 blogs français et les autres sont américains). Le plus grande partie de mon temps est dédiée à cette veille de lecture que je fais quotidiennement, environ deux heures par jour. Une fois la thématique d’un billet établie, sa rédaction me prend environ une heure de temps.

Arrivez-vous à la concilier avec votre activité professionnelle ?

Je suis consultant à temps plein et mon activité de bloggeur va de pair avec mon activité professionnelle. On ne peut pas faire du conseil, sans faire de la veille de son secteur d’activité. En ce qui me concerne, c’est un cercle vertueux ; mon blog m’aidant non seulement à parfaire mes connaissances dans mon domaine, mais aussi à promouvoir mon offre professionnelle.

Pensez-vous que vous pourriez potentiellement devenir bloggeur professionnel?

Bloggeur n’est pas un métier, il faut être très claire là-dessus. Un bloggeur « professionnel » est un rédacteur, un pigiste, etc. qui utilise un support particulier de diffusion. Ce n’est pas mon objectif de ne faire que cela.

Vous écrivez sur plusieurs blogs, quelle en est la raison ?

Ces différents blogs :

traitent tous de sujets de niches propres, et chaque thématique valait la peine d’y consacrer un blog unique. L’objectif est de scinder l’audience pour faire du contenu qualitatif plutôt que quantitatif. A la différence de mon blog personnel, ceux-là sont écris à plusieurs mains. Tous sont des professionnels B to B du monde de la communication et du net. La co-écriture se passe très bien, notre politique éditoriale se résume à deux mots : rester professionnel.

Quelle technologie utilisez-vous ? Utilisez-vous des techniques spécifiques de référencement ?

WordPress (version mutualisée). Au niveau du référencement, non rien de spéciale.

Quelques chiffres

  • Combien d’articles écrivez-vous en moyenne par semaine ? 8 à 10 articles
  • Combien de lecteurs avez-vous sur les différents blogs (répertoriés par blog) ? C’est confidentiel
  • Combien d’abonnés au différents flux rss sur vos blogs ? C’est confidentiel

Quelle est votre vision d’avenir des blogs ?

Le système de blogs n’a pas évolué depuis longtemps, on est toujours sur la même structure de billets, tags, commentaires). Il y a une nécessité d’évolution à ce niveau là, notamment avec l’intégration de contenu complémentaire comme la photo, la vidéo pour que les blogs deviennent un flux de production parmi d’autres.

Vos conseils à un jeune bloggeur débutant :

Rester concentré et professionnel.

Une chose que vous voudriez ajouter en guise de conclusion ?

Les réseaux sociaux prolifèrent, les gens sont de plus en plus connectés et échange en permanence. Mais tout cela n’est que la partie émergée de l’iceberg. On met de nos jours dans les mains d’amateurs des outils puissants pour lesquels ils ne sont pas forcément formés. Et on voit déjà des pathologies au twitt, à facebook ; et aujourd’hui on ne sait pas encore quels sont les dommages que ca peut provoquer. Quelles sont les retombées psychologiques (ego des bloggeurs, influence/réaction de l’entourage) de cette hyper-connectivité ? Nous n’en savons pas encore grand-chose. Pour moi c’est une nécessité par contre de prendre conscience de cela, et de prendre aussi ces distances lorsque c’est nécessaire. Pour ma part, je projeté prochainement de faire une pause d’un mois de mon activité de bloggeur.

Merci à Frédéric Cavazza pour l’opportunité de cette interview

Nadia Garidi – MBA MCI part time 2008-2009

1 Comment

  1. smateo

    http://www.fredcavazza.net/

    A force de lire 600 blogs par jour… il confesse son surmenage avant de craquer : Voici l’article :

    Arrêt momentané de service jusqu’en janvier 2009
    5 décembre 2008, Les commentaires sont fermés
    Surmenage.

    
    

    La réalité de la situation dans laquelle je me retrouve m’apparaît d’autant plus clairement que j’ai eu l’occasion de faire le point à tête reposé lors de mon déplacement en Italie. Trop de missions à gérer en même temps, trop de projets parallèles, trop de blogs…

    J’arrive à un point de rupture où il faut que je fasse des choix pour reprioriser mon temps de travail. Ma conclusion étant bien évidement que je dois donner la priorité à mes clients pour pouvoir finir dans de bonnes conditions les missions sur lesquelles je me suis engagé.

    Je décrète donc une pause de quelques semaines dans mon activité de publication, elle concerne l’ensemble de mes blogs ainsi que mon flux Twitter. J’espère reprendre début janvier quand j’y verrais plus clair.

    Durant cette période je ne répondrais pas non plus aux toujours très nombreuses demandes de conseils, de recherche de prestataires “bon, pas cher et dispo de suite“, de rencontres “pour discuter dans un cadre informel” (=gratuit) et de demandes d’interviews (journalistes et étudiants). Disons que cette période de repos sera bien plus productive si je fais une rupture bien nette.

    Bonne fin d’année à tous et à bientôt.