Interview avec Renaud Biet

Quel est ton parcours scolaire ?

Après un BAC S et un rattrapage à l’oral, je me suis naturellement orienté vers une école de commerce, l’ISTEC, où j’ai pu développer mes connaissances en marketing et effectuer un semestre en Angleterre.

Ensuite l’aventure MCI… !

Quels stages as tu réalisés ?

4 stages… !

Le premier au département marketing B2B de France Telecom, mon premier contact avec l’entreprise.

Le second chez Direct Assurance, groupe Axa, sur un plateau téléphonique, j’y ai beaucoup appris sur la relation client.

Le troisième au département acquisition client du e-merchant alapage.com, sur 3 missions, gestion du programme d’affiliation, rédaction des créations en liens sponsorisés et gestion des campagnes d’affichage sur le réseau Orange.

Le quatrième au sein d’Advertising.com, régie publicitaire online, filiale d’AOL-Time Warner. J’ai été recruté pour vendre et optimiser notre solution de rotation générale en marque blanche, en relation avec nos éditeurs et nos prospects. Je collabore aujourd’hui sur notre solution d’affiliation, à travers un réseau d’e-mailers et de sites display à plus faible trafic.

D’où t’es venu cet attrait pour Internet ?

En 1999 avec mon modem 56k, et très franchement avec Napster J

Plus sérieusement, j’ai découvert le monde du web chez Alapage et cela m’a passionné. La puissance de ce média (plus de 25 millions d’internautes), son interactivité (les blogs), ses perspectives publicitaires…Je crois que vous pouvez vous préparer à décrocher votre antenne sur le toit…

Comment as tu évolué professionnellement jusqu’à maintenant ?

Je ne veux pas trop faire de prosélytisme mais la formation MCI m’a permis de prendre un certain recul sur les métiers du e-marketing et m’a confirmé dans mon choix de m’orienter vers la publicité en ligne. Le web est également un secteur où l’on peut évoluer rapidement et faire des rencontres passionnantes, avant 2005 je n’avais aucune connaissance de ces métiers…

Quelles sont les opportunités d’évolutions dans ton métier ?

Il y a beaucoup d’évolutions possibles, il est envisageable de continuer dans l’affiliation et ainsi monter sa plate-forme en France ou à l’étranger.

On peut passer chez l’annonceur afin de gérer le programme d’affiliation, de SEM ou d’e-mailing peut également s’avérer être un excellent choix.

Ou enfin rejoindre une agence media peut donner une vue plus globale des problématiques de communication online des annonceurs.

Quel est ton site préféré ?

GOOGLE, inévitablement en première position.

Radioblogclub car j’adore ce concept, je suis aussi un grand fan de Allociné, Dailymotion et Netvibes.

Ta société recrute t’elle ?

Régulièrement, que cela soit en stage ou en CDI.

Avez vous besoin de stagiaires ?

Oui.

Pour quelles missions ?

Au sein de notre departement media, en tant que media buyer. Selon les opportunités, des postes de support commercial sont également à pourvoir, en relation agence ou direct annonceur.

Quels cours t’ont particulièrement marqué dans la formation MCI ?

Les cours de Bruno Florence dans leur globalité, notamment celui sur l’e-mailing.Et celui de Thomas Sevège sur l’affiliation bien sur !

As tu des conseils professionnels à donner aux futurs jeune diplômés MCI ?

Construire son projet professionnel sur une vision long terme, entretenir son réseau et rester « aware » !

Propos recueillis par Aurore Gaczol et Alice Henry

Comments are now closed for this article.