Interview d’Alexia Guggémos, ancienne MCI

Quel est ton parcours universitaire ? / Qu’as-tu fait avant MCI ?

Après un Bac scientifique série C et une prépa HEC dont le programme philo sur l’art m’a passionné, j’ai choisi une formation à la carte : l’Institut d’Etude des relations Internationales et l’Ecole du Louvre à Paris.

Résultat : Une grande culture générale mais peu de débouchées. Suivront 10 ans de journalisme et d’organisation d’expositions. En 1996, j’ai créé le Musée du sourire sur Internet, premier musée virtuel de la Toile, et me suis très tôt intéressée à la créativité autour de ce nouveau média qui faisait ses premiers pas à l’époque. En 1999, je suis devenue le commissaire général du Festival International du Film de l’Internet en charge de la sélection des films. C’est à cette époque que j’ai décidé d’un master spécialisé.

Pourquoi avoir été attiré par MCI ?

A 33 ans, au delà de mon expérience du média côté contenu, j’ai souhaité connaître les acteurs majeurs de l’Internet, les leviers marketing spécifiques au web, les clés du succès d’un site. La formation du Pôle Léonard de Vinci répondait à mes attentes.

Peux-tu nous décrire ton parcours professionnel depuis MCI ?

Plusieurs postes très intéressants : – Création de sites dédiés à des personnages de BD et pilotage de la refonte des sites corporate pour les Editions Dargaud, leader de la bande dessinée en Europe. – Expertise d’achat dans le multimédia et optimisation des coûts (notamment chez des clients grands comptes comme Toyota) pour Sc Consultants, un cabinet de conseil spécialisé dans les achats de communication. – Mission de conseil éditorial et d’achat de produits audiovisuels pour le compte de l’opérateur Orange dans le cadre du lancement de l’UMTS pour Dioranews, agence de presse spécialisée dans le contenu pour mobile.

Que fais-tu aujourd’hui ?

J’ai créé l’agence événementielle autour des nouveaux médias Smiling People en 2006. Cette structure individuelle (EURL) m’a permis d’accomplir des missions comme la Net campagne de François Bayrou à l’élection présidentielle 2007 ou la refonte éditoriale du portail M6.fr que je mène actuellement chez M6 Web.

Quel était ton projet professionnel de départ ? L’as-tu réalisé ?

Plus jeune, je souhaitais devenir attachée culturelle d’ambassade afin de promouvoir la création française à l’étranger. Je suis devenue une pro de la veille, une dénicheuse de talents et une « agitateuse » d’idées, et j’adore ça ! Je ne suis donc pas si loin d’avoir réalisé mes rêves…

Quelles sont tes fonctions ?

Dirigeante d’une entreprise, gérante, consultante, journaliste (Technikart, Jalouse, ça M’intéresse, Arts Magazine), blogueuse où je capte 15 000 visiteurs uniques…

Quels sont les avantages de ton métier ? Quels en sont les inconvénients?

Les avantages : une grande liberté qui me permet de rester extrêmement créative et à l’écoute. Les inconvénients : il faut gérer les priorités en permanence ce qui me donne l’impression d’être toujours sur la brèche, voire le fil du rasoir.

Parle nous ta boîte…

Smiling People s’appuie sur l’expertise de mon site perso qui est le Musée du sourire. C’est ainsi que le premier budget de l’agence est un événement créé pour iDTGV, filiale privée de la SNCF, à savoir le Festival du sourire. En 2007, 50 000 voyageurs et autant d’internautes y ont participé. Smiling People, c’est aussi la communication du Parc Floral de Paris, des sites Internet, et plein d’autres aventures passionnantes.

Recrutes-tu des stagiaires et même des CDI ?

Actuellement je fais travailler des indépendants. Dans les métiers de la communication, si vous êtes vraiment motivés, il vous faudra vous procurer un numéro de Siret et vous lancer sans la béquille du CDI. Mais je suis toujours preneuse de stagiaire…

Que sont tes projets pour l’avenir ? Vers quelle voie te diriges-tu ?

Personnellement, je n’ai pas de plan de carrière. Je mène les missions qui me passionnent et je relève les défis.

Aurais-tu quelques conseils à nous prodiguer, nous qui partons en stage sous peu et qui devrons rentrer prochainement dans la vie active ?

La formation MCI m’a permis d’acquérir les bases de marketing. En revanche, il a fallu que je complète ce cursus par une formation technique de création de sites en flash et web 2.0. Je sais créer des pages html, concevoir une base de données en php et élaborer des feuilles de style CSS. Cela ne me sert pas tous les jours mais c’est essentiel pour comprendre l’architecture d’un site. Les métiers dans les nouveaux médias sont devenus très techniques. Il est impératif d’en maîtriser les rouages pour être performants.

Toute la promotion “Next Generation” se joint à moi pour te remercier, te souhaiter une très bonne continuation et bon courage.

Par Marion Coustillas, promotion 2008 “Next Generation”

1 Comment

  1. Promotion 2008