Interview de Guillaume Nicolas, ancien Promo 2007 – MCI 2.0

Quelle est ta formation antérieure à MCI ?

Avant MCI, j’ai tout d’abord obtenu un Bac STT Action et Communication Commerciale pour ensuite intégrer l’Ecole de Management Léonard de Vinci en Marketing, avec option Conseil Marketing. Au terme de cette formation, j’ai donc décidé de me spécialiser en Marketing sur Internet au sein du 3e cycle MCI.

Qu’as-tu pensé de la formation MCI et qu’en as tu retenu ?

Pour moi, la formation MCI couvre l’ensemble des sujets professionnels touchant de prêt ou de loin à Internet, ce qui est très vaste en terme de contenu. MCI prépare également de manière très complète aux différents métiers du e-business. Ces deux éléments de la formation apportent une très bonne culture générale du web et une compétence opérationnelle idéale pour intégrer le monde du travail dès la sortie de la formation. Le 3e cycle MCI nous apprend et nous montre que le web évolue sans cesse et qu’il faut pouvoir suivre ces évolutions : je pense que c’est une des principales choses que j’y ai retenu.

Quelles connaissances/compétences primordiales à l’heure actuelle, selon toi, y apprend t-on ?

Je pense que la formation en elle-même est primordiale pour bien réussir dans le monde du web, mais si il fallait nommer des domaines précis, je pense que le marketing à la performance et la gestion de projets web sont les deux domaines de compétence les plus utiles à la sortie de la formation.

Quels sont d’après toi les points forts de la formation, ainsi que les points à améliorer ?

Je pense qu’un des points forts de cette formation est son côté professionnalisant. Mais pour ma part, j’ai trouvé que l’aspect technique aurait pu être légèrement plus poussé. Mais il est vrai qu’on ne peut pas non plus tout faire, et rien ne m’a empêché de creuser ces points seul et avec l’appui des intervenants le cas échéant (en webdesign notamment).

Est-ce que la formation MCI t’a permis d’être opérationnel à ta sortie ?

Oui tout à fait.

Où as-tu réalisé ton stage de 6 mois ? Expliques-nous en quoi cela consistait ?

J’ai réalisé mon stage au sein du groupe Opodo France. Durant ce stage, j’ai contribué à la gestion et au développement des canaux de marketing on-line que sont l’affiliation et le SEM (ou gestion des liens sponsorisés).

Que fais-tu aujourd’hui ? En quoi cela consiste ?

Aujourd’hui je suis en CDI, toujours chez Opodo France en tant qu’Online Acquisition Executive. Mes domaines de compétence sont les mêmes, à savoir le SEM et l’affiliation.

Combien peut-on espérer gagner au poste que tu occupes chez un tel acteur ?

Je ne pense pouvoir banaliser un salaire moyen pour cette question mais je pense pouvoir dire que 30k€ annuel pour un poste similaire me semble une bonne référence sur le marché.

Penses-tu continuer dans cette voie à moyen ou long terme ? Pourquoi ?

Mon objectif à moyen ou long terme est de rester dans le domaine du marketing à la performance que je trouve extrêmement motivant. Après, je ne sais pas encore sous quelle forme, ni dans quelle entreprise, cela dépendra de ce que l’on me propose.

Qu’est ce qui te plait dans ton entreprise ? Dans ton travail ?

Le challenge « perpétuel » est une très grande source de motivation, ce que l’on retrouve la plupart du temps dans le marketing à la performance. Ensuite, l’ambiance de travail est un facteur très important et je me plais vraiment dans l’équipe où je suis actuellement.

Pourquoi avoir choisi de travailler chez l’annonceur ? Chez un acteur du tourisme ?

J’ai principalement choisi de travailler chez l’annonceur pour la notoriété, ce qui ne m’empêchera pas par la suite de passer en agence ou chez un prestataire comme les régies ou les plateformes d’affiliation. Pour le secteur, je pense que le tourisme est un des marchés les plus développés sur le net, ce qui est très enrichissant en terme d’expérience, et c’est un secteur plus exotique que la banque ou les consommables informatiques… ;)

Depuis que tu es en entreprise, constates-tu des différences entre ce que tu as appris en formation et les réalités du marché ?

La grosse différence que j’ai pu constaté se situe principalement dans la notion de ROI qui est beaucoup plus présente en entreprise, mais cela peut varier en fonction des stratégies et des budgets.

Le monde de l’Internet est en constante évolution, quelles sont tes méthodes pour ne pas te contenter de tes acquis et suivre les tendances ?

Rester curieux de tout, avoir un bon catalogue de flux RSS pour rester informer des trouvailles à droite à gauche, et essayer de décortiquer ce qui se trouve derrière les nouveautés.

Quels sites conseillerais-tu pour faire de la veille sur le marketing interactif ?

En premier lieu, le blog MCI et son futur portail de blog. Ensuite, les grands classiques comme le JDN, Neteco ou techcrunch.

Quels sont les conseils que tu donnerais aux actuels et futurs étudiants MCI ?

Le conseil que je peux donner aux actuels et futurs MCI : bien définir le domaine qui vous plait le plus et d’en faire une force, mais ne surtout pas fermer l’intérêt aux autres domaines car ce sont ces domaines là qui amènent la valeur ajoutée sur le marché du travail.

Je te remercie pour cette interview,
Bon courage pour la suite !

Amandine Bentolila| Promotion 2007/2008 “Next generation”

Comments are now closed for this article.