Interview de Hervé Buasso Curty : MCI Part Time 2009-2010


Cette semaine j’ai le plaisir d’interviewer Hervé Buasso Curty, MCI part-time 2009-2010.

                                                

Bonjour Hervé, peux-tu nous présenter ton parcours ?

Bonjour, je m’appelle Hervé Buasso Curty et j’ai 46 ans.

J’ai commencé ma carrière en 1987 dans le marketing stratégique des produits de grande consommation pour les marques Xylophène et Heineken. Le but de mon travail était alors de développer ces produits à l’international sur des marchés grand publics en adaptant à chaque fois la stratégie aux contraintes de ces marchés.

Je me suis ensuite orienté vers le secteur des médias et des nouveaux médias. Tout d’abord chez Canal+ où j’étais responsable de la promotion des abonnements. J’ai ensuite passé 10 ans au sein de la Direction générale commerciale de SFR afin de mettre en œuvre le marketing opérationnel grand public, d’organiser les pôles marketing régionaux et coordonner les marques TamTam, AOL Cegetel. J’ai enfin terminé mon aventure SFR en dirigeant le pôle marketing des grandes enseignes (Fnac, Auchan, Darty).

Que fais-tu maintenant ?

Attiré par les difficultés du secteur de la presse, j’ai trouvé intéressant d’apporter mon savoir-faire à une vieille dame, les NMPP. Ce sont les Nouvelles Messageries de la Presse Parisienne, l’organisme chargé de la distribution et du développement de la presse en France.

Depuis 2 ans j’ai structuré la direction marketing. L’objectif étant pour les NMPP de redéployer les points de ventes là où il y a du potentiel, de lancer des produits de diversifications dans le réseau et de tenter une évolution vers le digital.

 

Comment les NMPP font pour s’adapter à internet ? Quel est son e-transformation ?

La transformation des NMPP est très difficile. Il y a quelques années déjà, nous avons pu voir la difficulté pour la presse papier de s’adapter à l’entrée des journaux gratuits. Avec Internet, seul un site à destination des diffuseurs de presse verra le jour, la culture NMPP considérant le web comme un risque plutôt qu’une opportunité. 

Cette frilosité se retrouve dans l’ensemble du secteur ou Internet et papier ne font pas bon ménage.

                                 

Pourquoi as-tu rejoins le MBA-Marketing et Commerce sur Internet ?

Tout cadre dirigeant actuel se doit, à mon sens, de maitriser les nouvelles technologies et leur stratégié. Ce MBA est très reconnu au sein des entreprises, qu’il s’agisse de start-up ou de click and mortar.

Comment t’organises-tu entre MCI et ton travail actuel ?

Il est vrai qu’entre mon travail actuel et les cours au pôle Leonard de Vinci il faut savoir optimiser son temps, en tout cas c’est toujours très motivant.


Appartiens tu à des réseaux et en quoi cela est il utile ?

Bien sur en tant que cadre dirigeant, j’appartiens à certains réseaux…Pour ce qui est du digital je suis présent sur les principaux réseaux sociaux.

Je suis également fondateur du club DiNéRéZo que j’ai créé en 2005. C’est un club basé sur l’échange professionnel entre dirigeants de tous les secteurs autour de diners. J’envisage la création d’un site web destiné aux centaines de décideurs qui ont déja participé à ces rencontres.

  

Pour terminer cette interview, voici un questionnaire 2.0

    

Parmi les entrepreneurs 2.0 que tu connais as tu une référence ?

Je trouve que Didier Quillot, le patron de Lagardere Active, relève un challenge remarquable en tentant de faire de Lagardere un groupe plurimedia, la résistance au changement étant omniprésente dans la presse.

                    

Un site 2.0 ?

J’utilise surtout Viadeo comme outil pour entretenir mon réseau.


Une expression 2.0 ?

MDR est l’expression 2.0 qui me plait le plus car il ne faut pas se prendre trop au sérieux et mieux vaut avoir le sourire.

 

Un coup de buzz 2.0 ?

Sans conteste celui du patron de Mailorama qui affirme que son opération de Street Marketing consistant à distribuer de l’argent dans les rues de Paris sera un succès sous contrôle, alors que ce fut un bide général avec des émeutes.  

 

Et enfin une phrase te caractérisant ?

Ma philosophie est de travailler dans la bonne humeur pour mieux contrer et surmonter la crise.

                                                                   

Merci Hervé et très bonne continuation !

                                  

Bertrand UHART – MBA-MCI full time 2009-2010

    

    

4 Comments

  1. No'

    Il est certain que la transition de la presse vers le web 2.0 n’est pas chose aisée mais je pense que l’avènement notamment des tablettes graphiques pourra aider à trouver un business model vertueux

  2. PATRICIA

    l’idée du questionnaire 2.0 est à développer car très sympa.
    Un interview d’un professionnel très proche de mes aspirations et pour qui off et on line sont indissociables…Même dans les difficultés de conjoncture on trouve à positiver le changement et ca c’est encourageant . merci Bertrand pour cet interview!

  3. PATRICIA

    ca va être un travail difficile mais passionant : faire cohabiter papier et numérique en effacant les leurs de chacuns d’entre eux …un vrai challenge pour lequel je te souhaite bonne chance !

  4. killbill

    Pure pipeau….2 ans??Ce charmant Monsieur est entré aux NMPP en février 2008, a pris ses fonction en avril ( 3 mois d’intégration tout de même) a été viré et/ou est parti des NMPP,maintenant Presstaliss, en juin 2009….Soit 1 an et demi! Les marketeurs ont visiblement une rigueur mathématique très élastique
    Vu son empressement à bien spécifier ce point, je pense donc que plus qu’un départ volontaire, il s’agissait bien d’un largage….
    Donc Patricia, inutile de lui souhaiter bonne chance pour ce challenge, il n’en fait plus parti depuis 8 mois et demi.