Interview de Nicolas Laurentin, responsable partenariats chez Kelkoo

Bonjour Nicolas, peux-tu te présenter ?

Je suis Nicolas Laurentin, j’ai 25 ans. En termes de formation, je suis diplômé depuis 2003 de l’Ecole de Management Léonard de Vinci avec une spécialisation en marketing. Par la suite, dans la continuité, j’ai intégré le 3ème Cycle Marketing et Commerce sur Internet, toujours situé sur le Pole Universitaire Léonard de Vinci. Oon peut donc dire que je suis un pur produit de l’EMLV de la Défense. A présent, je travaille dans le groupe Yahoo et plus précisément dans les activités marketing de Kelkoo.

Avant ton arrivée chez Kelkoo, peux tu revenir sur tes expériences professionnelles et plus particulièrement sur les stages clés qui t’ont amené jusqu’aux responsabilités que tu occupes à présent ?

J’ai commencé en 2001 par un stage chez Citroën dans une équipe marketing sur l’accessoirie automobile. Premier pas dans le milieu de l’entreprise, on découvre le marketing dans un très grand groupe. Mon principal souvenir est d’avoir été perdu dans un organigramme gigantesque où on se retrouve être le N+42. Du coup, à l’inverse ma seconde expérience, en 2003, se déroula au sein d’une EURL où je me suis retrouvé à gérer le marketing et les activités commerciales d’une entreprise  qui s’appelle MixVibes, c’est-à-dire une société éditrice du logiciel du même nom qui permet de mixer sur son ordinateur. Ce fut une expérience vraiment enrichissante qui me permit de mettre pour la première fois les pieds dans le net, en travaillant sur le marketing du site et la communication auprès des forums pour faire connaître le logiciel. Ainsi tout naturellement, ceci m’a donné envi d’aller plus loin dans l’apprentissage du e-business, j’ai donc alors intégré la formation MCI pour tenter ma chance dans l’univers d’internet.

Pourquoi cet engouement soudain pour le milieu d’internet ?

C’est vraiment cette première expérience qui m’a fait plonger dans le E-business car je dois avouer qu’auparavant je n’y avais jamais songé. J’ai donc vraiment eu envi de tenter ma chance car je sentais un énorme potentiel dans ce secteur. Par la suite, les rencontres qui m’ont été permises de faire au cours de la formation m’ont vraiment ouvert les yeux. Et une fois qu’on rentre dedans, c’est très difficile d’en sortir parce que c’est un milieu relativement encore petit en France et où on se sent bien, d’autant que le travail s’avère passionnant et qu’on continue d’apprendre des choses nouvelles au quotidien.

Peux-tu nous parler à présent plus précisément de ton poste chez Kelkoo ?

Chronologiquement, je suis rentré chez Kelkoo en tant que stagiaire responsable de l’affiliation en avril 2004. Kelkoo avait ouvert un mois auparavant un programme d’affiliation chez TradeDoubler qui marchait plutôt bien mais ils cherchaient quelqu’un qui en interne développerait d’un point de vue opérationnel leur plate-forme d’affiliation. Et en novembre le poste s’est transformé en CDI car le programme d’affiliation avec TradeDoubler a vraiment commencé à peser dans le volume d’affaire de Kelkoo et ça valait donc la peine de créer un poste. Pendant un an, le poste est vraiment resté 100% dans le domaine d’affiliation mais suite à une réorganisation interne, on m’a proposé de m’occuper de tous les partenariats d’une façon plus générale. C’est-à-dire de conserver la responsabilité de l’affiliation mais également de développer des partenariats avec d’autres portails français comme l’Equipe ou MSN qui utilisaient notre solution de shopping on-line. Cette activité occupe à présent la majorité de mon temps et c’est un stagiaire qui s’occupe plus particulièrement de l’opérationnel sur l’affiliation.

Qu’à changé la fusion de Kelkoo avec Yahoo ?

J’ai toujours vraiment connu la fusion car elle s’est mise en place un mois à peine après mon arrivée chez Kelkoo. Ca a mis du temps à vraiment changer quelque chose mis à part la mise en place de reporting un peu plus précis vis-à-vis de la maison mère aux Etas Unis. Sur ce qui me touche directement dans mon travail c’est vraiment très récemment qu’une synergie à commencer à se faire dans le domaine des partenariats entre Yahoo et Kelkoo.

Quelle  incidence directe cela a, du coup, sur ton poste ?

Et bien à partir de mi-février, je vais commencer à travailler dans une équipe qui ne sera plus Kelkoo mais bien 100% Yahoo nommée Partner Solutions qui est à la base une équipe YSM (Yahoo! Search Marketing). Avec mon arrivée, on va avoir véritablement mon pole de distribution Kelkoo qui va s’intégrer dans cette équipe. Mon poste va vraiment se concentrer sur les grands comptes et plus sur l’affiliation puisque quelqu’un va prendre mon relais chez Kelkoo à ce niveau et donc je vais opérer un peu plus sur un plan commercial car les problématiques marketings se posaient essentiellement au niveau de l’affiliation. Je vais donc m’ouvrir vers d’autres produits et plus me concentrer uniquement sur des offres de shopping. J’entends par là les liens sponsorisés, « Search » et éventuellement « display » avec les offres pub Yahoo classiques. C’est vraiment un nouveau challenge pour moi car face à nous on retrouve à présent directement Google pour vendre nos offres, je suis donc à la fois très excité mais aussi un peu anxieux. Ca reste cependant un poste très prometteur.

Dans un autre registre, quel est ton site préféré ?

Mon site favori est Netvibes. J’ai en fait eu la chance de travailler sur Génération Mp3 avec Tariq Krim avant qu’il lance ce site. C’est un outil fabuleux dont je n’arrive plus à me passer. Ca me permet de vraiment de voir toutes les informations que je souhaite consulter au quotidien aussi bien à titre personnel que professionnel.

Pour conclure, as-tu un ou des conseils à donner aux étudiants de MCI ?

Je le résumerai en un mot : le réseau. Même si le milieu du web français reste petit, il faut vraiment entretenir son réseau et ne pas hésiter à sortir de son travail et aller à la rencontre des gens du secteur car ça constitue le meilleur moyen d’évoluer professionnellement.

Si j’avais un deuxième conseil, ça serait de bien choisir son stage car ce sont vraiment des tremplins à l’embauche dans un secteur dynamique. Il faut le choisir en fonction de ce qu’on a envie de faire afin d’avoir envie de s’investir et de lancer ainsi sa carrière de la meilleure manière possible.

Merci Nicolas

Propos recueillis par Damien CAREPEL

Comments are now closed for this article.