Interview Singcity.fr

logo Singcity.frC’est autour d’un projet de facilitateur musical que 3 anciens diplômés de l’Essec ont décidé de créer Singcity.fr. Le directeur Florent Canepa a accepté de répondre à nos questions.

Pouvez-vous expliquer à nos lecteurs ce qu’est Singcity.fr et comment en êtes-vous arrivés à ce concept ?

Singcity est un facilitateur musical c’est-à-dire une agence de logistique musicale globale qui permet aux particuliers et aux entreprises de trouver une réponse à un besoin musical précis. Cela peut être un enregistrement studio, l’organisation de concerts ou, pour des prestations entreprises, du booking d’artistes,une organisation de team building musicaux, ou une animation autour de la musique. Donc Singcity est une fédération de tous les acteurs qui peuvent aider à cette logistique, c’est-à-dire des studios d’enregistrement, des salles de concerts, des arrangeurs, des compositeurs, des auteurs, des photographes, des réalisateurs. Nous fédérons tous ces professionnels pour offrir des prestations clé en main, faciles, lisibles, dans un univers qui est souvent un petit peu opaque.

Vous collaborez avec des grands professionnels reconnus dans le milieu de la musique comme Richard Cross, comment les avez-vous séduits avec le concept de Singcity ? Quelle a été votre approche ?

Notre approche s’est faite à la fois par le côté pédagogique et le coté facilitateur. Nous avons proposé à ces professionnels d’accéder à un produit « clé en main », très épaulé, très encadré pour qu’il y ait une réussite maximale au final pour le client. Ces professionnels ont aussi aimé l’idée que l’on puisse rendre accessible la conduite de projets musicaux. Souvent, on a l’impression que c’est quelque chose que l’on ne peut pas atteindre, parce qu’il faut connaitre les bonnes personnes. Faire de la musique, réaliser une chanson, devient chose facile si on est bien encadré et si on a la logistique.

Le site singcity.fr a vu le jour en 2006, pouvez-vous nous décrire les étapes du projet ? Quels ont été les principaux obstacles que vous avez dû dépasser?

Notre premier projet était de créer un vrai studio d’enregistrement en dur mais toujours dans cette même volonté de faciliter les choses que ce soit un truc très « plug and play ». On est arrivé avec ce projet de studio facilitateur auprès des banques qui étaient déjà frileuses à l’époque. Elles adoraient le projet mais c’était un projet qui nécessitait beaucoup d’investissements au départ sur un marché qui n’existait pas. Nous ne savions pas ce que ça allait donner. Finalement on a attendu, les banques étaient d’accord mais en même temps nous avons changé notre fusil d’épaule. On a décidé de faire appel aux partenaires qui existaient déjà et d’utiliser les ressources des studios pros qui ne tournaient pas à plein régime et de prendre ces créneaux pour développer la même logistique pro mais pour les amateurs. C’est là qu’on a basculé vers Singcity. A partir de là notre réseau était plus large puisqu’on n’était pas obligé de se cantonner au studio. On pouvait faire du live, des cours de chant, des créations de chansons. Nous avons donc enrichi au fur et à mesure notre palette d’offres.

Donc non, pas d’obstacle majeur à part le changement de projet. Après, bien sûr il y a les formalités administratives qui prennent du temps et les délais de création du site. En ce qui concerne le site, on voulait qu’il soit vraiment attractif et donc on a pris du temps y compris dans l’écriture des textes. Fallait que ce soit quelque chose d’accessible mais en même temps on n’était pas la Star Ac’ non plus. C’était un peu le risque à l’époque car on nous a beaucoup dit : « c’est un peu la star ac sur internet.. » alors que non, puisque nous apportons quelque chose de très concret au gens. Nous n’apportons pas du tout une exposition médiatique mais tout l’inverse, c’est-à-dire les outils qui pourront peut être leur permettre de conquérir cette médiatisation.

Finalement, il nous a fallu 4 à 5 mois pour mettre en place une charte graphique et trouver une identité qui nous plaisait. De plus il y avait des choses lourdes à mettre en place comme notre système de réservation en ligne. C’est un site qui n’était pas juste un site vitrine de marque.

Gérez-vous vous-mêmes l’administration ou faites -vous appel à une web agency ? Pour quelles raisons ?

Les deux. Pour tout ce qui est contenu dynamique, actualisation de texte (actus, interviews, témoignages), nous gérons ça en interne, avec un backoffice important. Et pour tout le reste c’est-à-dire, le développement graphique, les newsletters, les bandeaux, les animations flash sur certaines opérations nous travaillons avec Mediagong. Quels sont vos stratégies marketing et référencement ? Pour le référencement, le travail qui est fait sur les mots clé est géré en interne par Fabrice. Ce qu’on fait en ce moment c’est un audit de référencement accompagné par des actions pour améliorer notre référencement et là ce n’est pas via Google mais via des trucs très concrets qu’on peut faire sur notre site par exemple affecter des meilleures balises ou en développant une nouvelle page pour avoir du contenu et être mieux référencés sur ces mots clé. Donc on rentre dans l’architecture et le contenu du site pour l’améliorer et le rendre plus efficace.

Utilisez-vous des outils du web 2.0 pour accroitre votre notoriété sur le web ?

On a une page myspace qui nous permet de communiquer sur les dates de concerts, live expérience ou show case. Après on a utilisé les forums, ça nous arrivait de faire des posts sur le chant avec coté pédagogique car aller faire des posts en faisant sa réclame est généralement démasqué et pas très efficace. Ce genre de pratique est pour nous, plus un moyen d’améliorer son référencement que de gagner en notoriété.

Faites-vous de la communication online et offline?

Online est le plus logique par rapport à ce qu’on fait. On réalise des campagnes sur des sites spécialisés parce que si on fait des campagnes trop généralistes ou sur des sites généralistes on a une déperdition énorme et c’est d’ailleurs la même chose dans d’autres media. C’est ce qu’on a fait par le passé et on n’a pas eu de retours suffisamment intéressants. On a fait une campagne de lancement sur la chaine NRJ 12 et une sur la radio OUI fm. Ce sont des campagnes où il y a trop de déperdition par rapport à l’investissement. Donc il vaut mieux faire des trucs très ciblés, car sur le grand public il faut beaucoup de prestations vendues pour qu’il y ait un bon retour sur investissement, ce qui est différent sur l’entreprise. Sur l’entreprise c’est plus facile donc on s’est focalisé sur le web, sur des sites ciblés. On est allé voir des sites qui s’adressent aux directeurs commerciaux, là c’est parfait ! On est sûr de toucher les gens à qui on a envie de parler et comme on n’a pas la puissance feu de l’Oréal ou d’une entreprise du CAC 40, on ne peut pas non plus inonder la toile. En online on communique aussi au niveau de nos inscrits sur le site, qui reçoivent une newsletter mensuelle qui présente nos activités, les actus sur le chant, les reportages sur les concerts qu’on a pu organiser. Et une communication B to B avec les principaux prospects et clients en leur parlant régulièrement d’un projet entreprise qui a été réalisé.

Donc sur le offline, on a un peu tout fait, on a fait de la radio, de la télé. Au niveau de la télé ce qui marche le mieux’est quand on passe dans une émission, ce qui ne nous coûte pas cher. Par exemple Singcity est passé sur Télématin, ça a été un des plus hauts pics de l’année 2006, car d’un coup on a été exposés dans un reportage qui était long et qui a bien présenté ce qu’on faisait.

Puis plus récemment on a pris des pages dans des magazines encore une fois ciblés sur les entreprises.

Quels sont les projets, les perspectives de développement pour singcity.fr ?

Que du bonheur, on se développe toujours ! Notre partie grand public est clairement la vitrine mais n’est pas la partie la plus stratégique du CA mais représente une activité régulière. Chaque semaine nous avons des séances d’enregistrement et des cours de chant. Et l’autre partie de nos activités sur les entreprises se développe toujours. Aujourd’hui on a mis en place un certain nombre de projets qui vont croissant avec notre notoriété. C’est-à-dire que le gros avantage qu’on a, c’est qu’à chaque fois que nous faisons quelque chose que ce soit avec une entreprise ou le grand public ça lui donne envie d’en parler , le bouche à oreille fonctionne très bien ! Il y a aussi l’élargissement de tout ce qui est offre de loisir qu’on a avec les coffrets cadeaux comme Smartbox. Ensuite notre offre pour semi-pro avec les chansons à la carte se développe. En ce qui concerne les live Experience, on en organisait au début une tous les mois puis l’année prochaine on va passer à plusieurs par mois. Sur la partie entreprise on développe notre clientèle. Il y en a certaines avec lesquelles on retravaille régulièrement via de l’animation musicale ou du team building musical. Ça plait énormément ! Quand on le fait ça marche bien mais faut continuer à se faire connaitre encore plus, d’où ces actions de communication sur la fin de l’année et début de l’année prochaine qu’on va mettre en place pour élargir notre taille de clientèle.

Merci à Florent CANEPA, directeur de Singcity, pour le temps accordé à cette interview MBA MCI Full-time- Arnaud PLAQUIN

Comments are now closed for this article.