iPad or not iPad…

photo_ipad_book.jpg

Une annonce attendue

Depuis mercredi soir 19h (heure de Paris), les sites d’actualités et blog technophiles déversent des kilomètres de commentaires sur la nouvelle tablette, iSlate, pardon iPad, de la firme à la pomme (Apple dans le texte, qui venait par ailleurs d’annoncer ses excellents résultats financiers). Après de nombreux mois de buzz, dans un contexte où son charismatique PDG Steve Jobs avait annoncé que son dernier bijou aller révolutionner l’informatique, toute la planète a retenu son souffle… Enfin, disons les très nombreux journalistes, blogueurs, geeks (les geeks sont passionnés, voire obsédés par les nouvelles technologies), possesseurs d’iPhone, fidèles fans… Au final, c’est vrai que cela concerne beaucoup de personnes.

Apple iPad : navigation à l'écranLes réactions à chaud passées, prenons un peu de recul : C’est un bel objet, c’est tendance, à un prix d’entrée de gamme qui semble surmontable (au moins pour les geeks et leurs suiveurs immédiats), mais … VAIS-JE EN ACHETER UN ?

Revue pratique

Prenons l’angle de l’utilisatrice. Fidèle à la marque. Qui aime les belles technologies-si-elles-fonctionnent-et-si-elles-lui-sont-utiles. Et maintenant, parcourons rapidement quelques spécifications intéressantes ou inquiétantes :

- le clavier virtuel : Plutôt bien. En général, il faut des doigts d’enfant de 5 ans pour les utiliser, mais celui-ci semble de taille convenable. De plus, on peut lui ajouter un clavier physique pour une utilisation sur un bureau.clavier virtuel de l'iPad d'Apple

- la taille : Trop grand pour un sac à main. De toute façon, je n’imagine pas qu’on puisse l’utiliser dans les transports en commun (et risquer de se faire agresser pour une tablette, certes belle ?) A l’opposé, ce ne serait pas un peu petit pour la maison ? Où elle rejoindrait le groupe, déjà formé par les clés et le portable, des objets qu’on passe un temps fou à retrouver …

- Applications : pouvoir accéder aux plus de 140 000 applications de l’AppStore, c’est intéressant pour une nouvelle gamme de produits. Par contre, c’est renoncer à Mac OSX, à ses applications habituelles. Et aussi aux capacités multi-tâches. Chacun en prendra son parti.

- la caméra est inexistante. Aïe. Pour vidéochatter, il faut donc brancher une webcam externe (ça ne serait pas un retour en arrière ?), et la connecter via la station d’accueil (car la tablette n’intègre pas de connecteurs).

- la navigation : elle semble toujours aussi intuitive. Par compte, la technologie Flash n’est toujours pas supportée, ce qui est une limitation importante pour le surfeur Internet. Enfin en entrée de gamme, l’iPad ne se connecte pas en 3G ; l’utilisateur en situation de mobilité est donc dépendant des spots Wifi.

Une utilité toute relative

Pour résumer, avec l’iPad, aujourd’hui on ne peut pas : téléphoner, vidéo chatter directement ou utiliser les applications habituelles de son Macbook, aller sur certains sites car ils ne s’afficheront pas, le connecter facilement à la télévision haute définition (car il n’a pas de prise HDMI) pour bénéficier d’un écran plus grand …

Et donc ? On peut regarder des films, écouter de la musique, ce qu’on faisait déjà sur ordinateur. Certes, l’écran paraît magnifique. On peut lire un ebook ?? J’aime beaucoup des nouvelles technologies, mais j’adore l’odeur et le toucher du livre imprimé, comme une très large majorité des français qui ne sont pas encore passés à la lecture des livres sur support informatique. Je pourrai aussi jouer à Tétris sur un écran plus grand que sur iPod Touch, avantage non négligeable !

So, iPad or not iPad… Pour moi, j’ai tranché.

Je ne suis donc probablement pas dans la cible.

Les analystes sont confiants

Cependant, il faut faire confiance à Apple (une société qui écrit quand même depuis une trentaine d’années une histoire à succès et qui a su développer une communauté de fans) pour renaître des cendres médiatiques des articles et commentaires négatifs de ces jours-ci, et vendre des millions de tablettes, à l’instar du triomphe de l’iPhone. Et d’ailleurs, preuve que je passe probablement à côté du marché : les investisseurs prévoient un succès commercial, notamment auprès des grand utilisateurs de contenu multimédia ; Goldman Sachs table sur 6 millions d’unités vendues en 2010, soit près de 4 milliards de dollars de revenus.

Donc in fine, iPad or not iPad, qu’en pensez-vous ?

Sophie Trottier, e=MCI, MBA 2010 Full Time

Photo : Copyright Apple

1 Comment

  1. PATRICIA

    Personnellement je pense que l’ipad peut trouver un public , non parmi notre cible d’accroc a Internet, mais plus chez les internautes consommateurs de presse qui ont une priorité, la lecture et surtout ceux pour qui lire un livre papier reste compliqué car en trop petits caractères la plupart du temps.
    Evidemment ce n’est pas une innovation mais une avancee peut etre ?
    Je pense aussi que le secteur presse peut retrouver un elan optimiste grace a cette tablette.
    Cet avis n’engage que moi , mais comme tout outil d’Apple, il ne va pas falloir attendre très longtemps pour le savoir.