J-M. Tassetto, Directeur Google France

Résumé de la conférence inaugurale du Master Droit, économie et gestion de l’audiovisuel par Jean-Marc Tassetto, directeur général de Google France, parrain de la promotion 2010/11, à l’Institut Océanographique, Paris

Jean-Marc Tassetto, directeur général de Google FranceAncien directeur général de SFR pour le marché grand public, il a pris le 1er octobre les rênes de Google France. Il devra gérer plusieurs dossiers délicats : le service AddWords mis en cause par l’Autorité de la Concurrence, une politique d’utilisation des contenus éditoriaux dans Google News contestée par certains éditeurs de presse et des maisons d’édition en opposition contre le projet Google Livres.

Que seront demain les grands médias ?
Le monde est de plus en plus connecté (environ 25% de la population mondiale) avec comme terrain de jeu privilégié l’internet mobile et les smartphones qui deviennent des terminaux personnels. On comptait en effet 5 milliards d’abonnés mobile fin 2010 et on estime qu’il y aura en circulation 1 milliard de smartphones connectés en circulation en 2013 soit autant que d’ordinateurs personnels aujourd’hui.

Quelques chiffres :
 - 4 milliards de recherche quotidienne
 - 800 millions d’internautes présents sur les médias sociaux
 - 500 millions d’internautes présents régulièrement sur Facebook
 - 2 milliards de vidéos vues chaque jour sur Youtube
Si cette révolution des usages a été rendue possible par l’évolution technologique, la prochaine décennie verra une profonde mutation dans le secteur des médias générant une vive inquiétude chez les grands médias quant à l’évolution de leurs modèles économiques.
Les grandes tendances de cette révolution numérique qui se prépare :
 - l’ère des médias en ligne est terminée
 - l’ère du marketing est terminée
 - l’ère commerciale est terminée
Aujourd’hui, TOUT est média, marketing et commercial.

L’ère de la vidéo en ligne est arrivée
35 heures de vidéo sont mises en ligne toutes les minutes. La moitié des vidéos sur Youtube sont visionnées chaque semaine. Google se positionne comme une plateforme de contenu, en multipliant les partenariats (10 000 signés dans le monde) avec par exemple la Sacem, Hachette…
On assiste également au succès de la catch up et de la fin des carrefours d’audience devant la TV, des grands rendez-vous audiovisuels. La consommation des médias devient de plus en plus personnelle : à chacun suivant sa programmation.
Concernant la téléphonie mobile, Google a développé une plateforme Android, un véritable écosystème ouvert aux développeurs, aux utilisateurs et aux constructeurs téléphoniques.

La navigation via la recherche
4 milliards de requêtes sont faites chaque jour sur l’ensemble des moteurs de recherche. Le poids des requêtes via Android va en augmentant.

 La Google TV : tout l’internet sur l’écran de votre TV (à la différence des autres opérateurs) avec une fonctionnalité importante de moteur de recherche : la richesse des programmes est telle qu’elle ne peut maintenant être rendue que grâce à de puissants moteurs de recherche.
Le lancement a été fait aux USA (marché test). Pour la France, la date n’est pas encore connue mais on assiste déjà à une diabolisation de la Google TV. Or la Google TV n’a pas pour but de concurrencer les producteurs et les chaînes TV mais de les compléter en rendant les TV « plus intelligentes », en mettant les richesses de cette nouvelle TV au service du contenu (intégrant VOD, catch up…). Mais Google doit encore faire un effort de communication pour lutter contre la diabolisation de la Google TV, perçue comme concurrente par les chaînes et fournisseurs de contenus audiovisuels.

En conclusion, si Google a permis aux PME de rayonner dans le monde, en rendant la communication plus accessible (par exemple via les Adwords…), Google France doit s’ancrer en tant que société française et s’intégrer dans l’écosystème français.

Catherine Robbe & Hasnae Benhaddou

Tags: ,
Comments are now closed for this article.