Kiosque Numérique : toute la Presse Magazine, partout … et plus encore

Rencontre – interview avec Aymeric BAUGUIN, fondateur et DG du Kiosque Numérique d’HDS DIGITAL.

iPhone HDS
Logo HDS Digital

* Quelle est la particularité du service de Kiosque en ligne développé par HDS Digital ?

HDS Digital se positionne comme un acteur de la presse magazine à part entière : notre technologie de plateforme web est une passerelle entre le titre « papier » et le site web de l’éditeur, car nous mettons en ligne la totalité du contenu rédactionnel des magazines, sous un format proche de la version « physique », mais téléchargeable et e-feuilletable, grâce à un lecteur spécifique chargé sur votre PC ou MAC.

Il faut savoir qu’un éditeur de presse magazine met rarement l’intégralité de son contenu rédactionnel sur son site web. On y trouve bien sûr des chroniques, éditos, dossiers … mais « détricotés » et sans le « Look & Feel » de la version papier.

La tendance va même dans le sens d’une différenciation toujours plus forte par rapport au support physique:

  • Traitement toujours plus instantané de l’information : éclosion de « journalistes-bloggeurs », reprise des dépêches de presse, sondages en ligne, newsletters quotidiennes, fils d’info …
  • Renforcement du multimédia : diaporamas photos, reportages vidéo ou audio …

Pour les éditeurs, le site web, avant d’être une extension du magazine, est donc d’abord destiné à creuser le sillon du territoire de marque, de l’image du titre, pour monétiser de l’audience à travers la publicité on-line. Il permet également de drainer quelques abonnements ou à d’animer leur boutique en ligne.

Ainsi, le Kiosque Numérique d’HDS Digital redonne une vraie place aux magazines sur le web, là où sont les internautes, et notamment sur les sites d’e-commerce à forts trafics, en partant du constat qu’en France, l’achat d’impulsion est important.

* Quel est le modèle économique ?

Nous travaillons sur la base d’un partage des revenus avec les éditeurs, chaque fin de mois, au prorata des ventes pondérées des prix faciaux respectifs.

A cela, il faut enlever les éventuelles rétrocessions aux tiers, notamment lorsqu’on apparaît sous « marque blanche », dans les sites d’e-commerce (Virgin Méga, 3 Suisses, Alapage.com, Rue du Commerce, Cultura …), où les audiences sont très fortes.

L’essentiel de notre propre trafic provient néanmoins de notre site de références : www.relay.com.

* Quid du modèle « classique » de diffusion de la presse en vigueur en France ?

Nous ne sommes ni des « gratuits » (Métro, 20 Minutes), car notre modèle est payant, ni Google News, qui renvoie surtout les dépêches et les infos des quotidiens … Notre territoire « presse » est le magazine, dans son intégralité.

Le premier avantage à diffuser via le web, est de pouvoir agir directement sur le prix (donc avec des promos et de nouvelles modalités de vente). Ainsi, nous proposons 4 formules différentes et adaptées au rythme de chacun :


  • Achat au coup par coup … avec la possibilité de trouver directement les anciens N° !
  • L’abonnement à durée libre : sur le titre de votre choix, c’est jusqu’à 50% d’économie, sans engagement de durée, et le premier N° est offert.
  • Forfait Liberté : pour 9,9 €/mois, c’est 4 titres au choix pendant 30 jours, quel que soit leur prix individuel. On peut résilier quand on veut, avec effet immédiat.
  • L’Eco-Forfait Illimité avec le WWF : pour chaque souscription (17,9 €/mois), 1 € est reversé au WWF et tous les magazines sont téléchargeables (sauf anciens N° et « adultes »)…et toujours sans engagement de durée !

Le deuxième point, est que l’on peut, d’une certaine façon, « enrichir » le contenu existant, et donc l’expérience de lecture.

  • D’abord, comme pour tout livre ou catalogue numérique, l’e-lecteur peut littéralement naviguer dans les pages : sommaire cliquable, moteur de recherche intégré, création de marque-pages, vision « chemin de fer » des pages, loupe sur images et textes, partage avec un(e) amie(e), impression…
  • C’est ensuite l’interactivité proposée sur tous les liens présents dans les articles (contacts, pubs, adresses et liens utiles), qui « étendent » la lecture et permettent d’aller plus loin, à l’image de ce qu’on retrouve dans les pages de réseaux sociaux,
  • Le format numérique se prête enfin très bien à l’ajout de bonus en rich-média (musicaux, vidéo, jeux …), en plus du titre lui-même, et exclusivement en version téléchargeable.

Dernier avantage, et non des moindres : l’accès partout dans le monde, 24h/24 et 7j/7 à l’essentiel de la presse magazine française. Souplesse, gain de temps et d’argent, économie de papier et démarche éco-responsable, sans parler du lien conservé, pour les expatriés, avec leurs titres préférés.

Nous avons par ailleurs déployé notre technologie en Grande-Bretagne, sur la presse anglo-saxonne : Kiosque numérique « Magazines On Demand » et chez « WHSmith ».

* Comment s’est créée l’entreprise ?

A chaque année sa “marche” :

  • 2006 (création de la plateforme propriétaire) : nous avions quelques modèles en tête, notamment aux USA, où la culture de l’abonnement et les offres « web » sont plus ancrés qu’en France, depuis 2002. Le Kiosque a été lancé en un peu plus de 6 mois, avec environ 60 titres.
  • 2007 (création de l’offre) : montée en puissance en terme de titres présents (400 en janvier 2008), extension sur d’autre sites et passage du modèle « à l’exemplaire », copié de l’achat en kiosque, à des formules d’achat plus innovantes.
  • 2008 (1ère mondiale : l’Eco-Forfait Illimité …) : nouvelles propositions marketing et commerciales avec, à la clé, le trophée E-commerce 2008 de l’innovation technologique.

* Quelle est la perception des éditeurs ?

Pour les éditeurs de magazines, c’est clairement du plus, car le titre existe déjà, hormis les éventuels bonus, et que les coûts techniques sont très limités. Nos ventes sont d’ailleurs certifiées par l’OJD (l’organisme qui garantit aux annonceurs le contrôle de la diffusion des médias), via un compteur labellisé. Ce point est indispensable, car cela peut représenter quelques milliers de ventes par titres, ou bien une frange appréciable de la diffusion pour les plus petits titres.

Nous travaillons beaucoup la « longue traîne », c-à-d la profusion de titres parfois de niche, mais qui sont aussi des magazines « passion », dotés d’un fort pouvoir d’attractivité et de fidélisation pour leurs lecteurs.

C’est aussi la possibilité, pour l’éditeur, de tester rapidement un N° zéro auprès d’une large base de clients, bien segmentée par profils de consommation et par centres d’intérêt.

Enfin, avec notre nouvel Eco-Forfait Illimité WWF, ce sont plusieurs titres qui sont téléchargés par un seul e-lecteur, donc évidemment le signe d’une forte appétence à la consommation de presse… et une opportunité de (re)découvrir les titres en vrai dans la foulée.

Nous allons d’ailleurs prochainement mesurer plus finement les comportements de lecture numérique de nos clients afin d’en tirer des enseignements très précieux pour la suite.

* En guise de conclusion, quelle sont les perspectives de développement ?

Ce que l’on touche du doigt, et que l’on accompagne avec le Kiosque Numérique, c’est l’évolution des modes de consommation, en particulier des biens et services digitaux.

Ainsi nous proposons un service supplémentaire gratuit de téléchargement sur iPhone.

Parmi les cibles de développement, il y a évidemment « l’écran », avec les 2 tendances en cours (« l’e-Book » dédié et le « NetBook » plus convergent). Nous sommes sur un projet avec un grand constructeur, avec notre logiciel en natif, voire une version en lecture verticale, comme avec un livre.

D’autre part, nous observons que nos clients, précurseurs depuis 2006, sont naturellement attirés par d’autres produits numériques (BD, logiciels, jeux…). Nous allons donc diversifier nos offres, en complément de notre premier métier qui est la presse, pour préempter ce territoire du numérique, à travers un portail de consommation numérique “étendu”.

Merci à Aymeric pour son temps, sa vision et son enthousiasme.

Nota : parmi les 13 propositions du « Pôle 3 » des Etats Généraux de la Presse Ecrite (Presse et Internet), la 10ème précise : « Accélérer la mise en place de la distribution digitale des contenus (e-book et kiosque digital) pour s’affranchir des contraintes de la distribution physique ».

Fiche d’identité d’HDS Digital :

  • Création 2006 – filiale d’Hachette Distribution Services (Groupe Lagardère).
  • 500 magazines en portefeuille (200 groupes de presse), soit 80% du marché national.
  • 500 000 pages vues /mois.
  • 10 collaborateurs.

Pour aller plus loin :

Billet publié par Yves PHILIPPE – Promo MBA Part Time 2008

Comments are now closed for this article.