La ménagère de moins de 50 ans est sur le Web!

41,5 milliards d’euros dépensés en un an par les internautes pour des produits de grande consommation Après avoir testé l’efficacité publicitaire de campagnes online et leur capacité à générer des ventes en magasin, l’IAB France vient de publier les résultats de l’étude NetImpact 5, qui passe au crible le comportement des internautes sur le secteur de la grande consommation. Il en ressort qu’Internet fonctionne comme un amplificateur autant sur la valeur que sur la quantité des achats, érigeant ce média comme LE média de masse de la grande consommation.

Cette étude, menée par Nielsen et Médiamétrie NetRatings pour l’IAB France, avait pour objectif d’établir de nouveaux arguments en comparant la consommation des internautes et des non-internautes, prouvant que les acheteurs « en magasins » sont également présents sur Internet, démontrant que les Internautes sont de forts consommateurs de produits de grande consommation (food, hygiène beauté santé, produits d’entretien) et mettant en perspective l’attrait des internautes pour les marques.

Le principe : croiser les comportements d’achats et de surf, à l’aide du Panel d’audience Médiamétrie//NetRatings, et du panel de comportement d’achat Nielsen Homescan. 9 grands rayons ont ainsi été passés au crible (alcool, crèmerie, entretien, frais non laitier, hygiène, papier, salé, sans alcool, sucré), sur 20 marchés et sur des produits de grandes marques mais également de marques de distributeurs.

L’acheteur de la vie réelle est désormais sur le Web ! Achats, publicités, ventes, marketing… Internet est le lieu où tout se passe et où les marques doivent venir à la rencontre des consommateurs. Sur les 72 milliards d’euros dépensés par les Français en un an pour des produits de grande consommation, 41,5 milliards d’euros le sont par des foyers d’internautes, ce qui représente 60% des dépenses. La fameuse ménagère de moins de 50 ans, cible privilégiée des publicitaires, est maintenant sur le Web!

Par ailleurs cette étude nous enseigne que les internautes dépensent 34% de plus que les non-internautes, ce qui s’explique essentiellement par des volumes d’achats plus importants : les internautes remplissent leur panier de 29% d’articles de plus que les non internautes. Les foyers internautes sur-consomment tous les rayons de produits de grande consommation, ainsi que tous les marchés du périmètre, et en particulier : sur le rayon Hygiène beauté :

  • Rasoirs mécaniques +60%
  • Shampooing et produit de coiffage +90%
  • Hygiène féminine +80%

Sur les produits « familiaux » :

  • Céréales +125%
  • Confiseries/chewing-gum +123%
  • Jus de fruits +100%
  • Boissons sans alcool +70%

En revanche sur les rayons aliments animaux et café, les populations internautes et non-internautes ont une consommation quasi équivalente.

Enfin, les internautes dépensent en moyenne 3% de plus par article que les non-internautes. Ils ont une relation forte avec les grandes marques, en achètent globalement un plus grand nombre que les non-internautes (vrai pour 17 marchés testés sur 20) et dépensent 30% de plus pour les grandes marques que les non-internautes, ce qui peut s’expliquer partiellement par le profil plus familial et aisé des foyers internautes.

Par cette étude, la démonstration est faite que la ménagère de moins de 50 ans est désormais une internaute, et qu’elle pèse près de 60% des dépenses en grande consommation, ce qui devrait finir de convaincre les annonceurs de ce secteur à se tourner du côté du Web…

Aude G – MBA Part-Time MCI

1 Comment

  1. La plus de 50 ans aussi…et elles ont souvent maintenant encore des enfants à élever, les femmes les ayant de plus en plus tard. La classification des CSP me semble assez désuète.