La musique gratuite : la nouvelle martingale des maisons de disque ?

Alors que le marché de la musique numérique, sans compenser la lourde chute du marché physique de la musique, connaît une hausse de 52,6 % sur les 3 premiers semestres 2008, pour atteindre 52,8 millions d’euros, il semblerait qu’une nouvelle martingale soit utilisée par les maisons de disques pour les artistes en retour.

Après Alain SOUCHON qui a offert en mp3 le 1er single de son prochain album début octobre, c’est au tour de NOIR DÉSIR d’offrir 2 titres inédits sur son site Internet . Sans aucun plan media parallèle, le groupe, mis en sommeil depuis l’incarcération en 2003 de son leader, a réussi à faire parler de lui grâce à la toile.

Il est évident que ce genre d’annonces pour un artiste déjà renommé crée immédiatement un buzz et cela permet d’y accrocher une ou deux infos. En l’occurrence, « le groupe est au travail » . Cela laisse présager un nouvel album d’ici peu et c’est là que le stratagème devient intéressant.

En effet, c’est en jouant à la fois sur le côté exceptionnel du retour officiel d’un groupe culte et sur la rareté médiatique de celui-ci que la jungle médiatique va s’affoler. Désormais, tous les media s’adressant aux plus de trente ans, engagés à gauche et amateurs de rock vont se battre pour obtenir l’interview ou la news exclusive que vont s’arracher tous ses concurrents. NOIR DÉSIR est ainsi assuré d’un immense battage médiatique pour le lancement de son prochain album.

Cette belle opération de communication est donc très rentable car, d’une part, elle n’a quasiment rien coûté, et d’autre part, elle a créé une immense demande autour du groupe. Cette stratégie est intéressante car elle permet de réduire les lourds investissements marketing des majors qui avaient assez considérablement dévalorisé leurs artistes en les promouvant, pour certains, comme des paquets de lessive. Surtout, cela recrée un lien direct entre l’artiste et son public, sans passer par sa maison de disques et une radio : seul Internet permet cette désintermédiation.

Cependant, il va de soi que pour un artiste débutant cette « tactique » n’est pas forcément la meilleure si aucune stratégie différenciante n’a été préalablement établie (cf KAMINI ou encore KENZA FARAH qui ont réussi à se créer un immense buzz via le web) car proposer sa musique gratuitement si l’on est inconnu, c’est un peu comme offrir des cacahuètes sur le comptoir d’un bar : on en trouve partout et on n’est pas certain de la qualité de celles-ci donc on n’y fait pas attention.

Philippe DUPUIS – MBA MCI Part Time 2008-2009

1 Comment

  1. Benoit / Full Time

    Salut Philippe,

    le battage médiatique aurait été assuré de toute façon pour Noir Désir. Faute aux médias français préférant le sensationnalisme au contenu d’un nouvel album.
    t’es sûr pour l’association de “battage” à Noir Désir ?