La page de résultats de Google analysée par l’eye-tracking

Avec 91% de part de marché, Google est le premier moteur de recherche en France. Près de 3,3 milliards de requêtes sont tapés chaque mois dans le monde sur Google et autant de pages de résultats à analyser.

C’est par le volume des recherches sur les moteurs de recherche qu’est né le business du référencement et l’apparition des outils comme l’eye-tracking sur la page d’un moteur de recherche.

 Qu’est ce que l’eye-tracking ?

 

L’eye-tracking est un procédé qui vise à suivre le parcours de l’œil de l’internaute sur un site internet en notant le temps passé et les points de fixations.

Il se fait par une caméra oculaire intégrée ou non dans un support.

C’est une technique très courante utilisée dans le domaine du webmarketing pour l’analyse de l’ergonomie d’un site, de l’efficacité d’une bannière etc…

La méthodologie est mené par une dizaine de « cobayes », où chacun est installé devant le support et cherche un objectif en particulier comme par exemple l’objectif de trouver l’information la plus pertinente.

 Le Triangle d’Or de Google

 

 Les études menés par la société Enquiro et Dit-It.com en 2005 ont démontré que les internautes lors de l’exploration d’une page Google vont pour un premier temps regarder la partie en haut à gauche et notamment les trois premiers résultats naturels qui monopolisent plus de 60% des clics d’une page et qui possède un taux de visibilité de 100%, c’est ce qu’on appelle le « Triangle d ‘Or ».

 Image du triangle 

En parallèle, l’étude montre en ce qui concerne les pages de résultats qu’il est communément admis que :

  • La 1ère page totalise environ 85-90% des clics
  • La 2ème page totalise 4-6% des clics
  • La 3ème page totalise 2-3% des clics

 Les liens sponsorisés de droite ne totalisent que 6% du regard.

 

 Selon l’étude de Miratech qui est allé plus loin dans l’étude de la page en segmentant trois zones d’intérêt sur une page de Google :

 

  • Le haut de page qui contient le champ de recherche
  • Les résultats centraux (qui contiennent à la fois les résultats organiques et les liens commerciaux du haut)
  • Les liens sponsorisés de droite

 On constate également que les internautes sont plus expérimenté et font mieux la différence entre les résultats naturels (75%) et les liens sponsorisés de droite (6%)

Le haut de page qui représente 19% explique les retours sur les champs de requête pour taper une nouvelle recherche.

 La deuxième annonce du lien sponsorisé d’en haut mieux vu que la première.

On peut rajouter qu’avec une autre étude de Miratech que les annonces commerciales de Google ne sont pas tous regardées d’une façon linéaire et que la deuxième annonce d’en haut est mieux regardée que la première.

Etude sur le regard des liens sponsorisés

 On remarque aussi que le deuxième lien sponsorisé est très bien regardé dans l’absolu puisqu’il bénéficie de la deuxième place dans le classement des éléments regardés, derrière le premier résultat organique. On retient que les annonces sponsorisés d’en haut retiennent mieux l’apparition grâce au phénomène du « Triangle d’Or »

 L’apparition des images ou des vidéos change la perception des internautes

On peut noter que l’apparition des images dans une page de résultats entraîne un changement dans la façon de lire les résultats.

Selon l’étude Miratech, le résultat situé juste au dessus des images est moins regardé.

 Qu’en est-il du dernier outil installé par Google, le Knowledge Graph qui va surement retenir plus l’utilisateur vers la page de droite et à inciter à cliquer moins sur les liens comme Wikipédia.

 De plus, l’apparition du Knowledge Graph dans une page de résultats a entraîne la disparition des liens sponsorisés, nous pouvons nous demander quel business model recherche Google pour les pages contenant le Knowledge Graph mis à part le fait de rester plus longtemps sur Google.

 Pour le mot de la fin, en dépit d’une guerre sur le positionnement, il ne faut pas oublier aussi d’optimiser la qualité de votre description et de votre mot-clé pour inciter l’internaute à cliquer et à rester et de même un travail à l’intérieur du site. Le référencement est le point d’entrée pour amener du trafic, il est nécessaire d’optimiser le cout de transformation.

————————–—–

Chan Jonathan (MBA MCI Full time – 2012-2013) 
Compte twitter : @ChanPerco
Mon blog qui parle de Marketing Connecté : ChanPerco.fr

5 Comments

  1. Super article ! Merci

  2. mcipromotion2011

    merci !!!

  3. Franck

    Super article, merci Jonathan car j’en ai appris encore un peu plus!

  4. mcipromotion2011

    Merci Frank :). Au plaisir d’échanger