L’accessibilité du Web aux malvoyants

Le bicentenaire de la naissance de Louis Braille a été fêté à travers le monde entier le 4 janvier dernier. C’est l’occasion pour nous de faire un point sur l’accessibilité du Web pour les non-voyants et les déficients visuels.

D’après l’ OMS (l’Organisation Mondiale de la Santé), il y a aujourd’hui 40 millions de non-voyants dans le monde et 130 millions de déficients visuels ; en France, on compte 300 000 personnes non-voyantes et un million de déficients visuels.

La radio reste aujourd’hui le premier média d’information pour les non-voyants, et Internet représente la meilleure progression. Cependant, le Web n’est pas encore suffisamment accessible aux non-voyants, et il paraît urgent que les professionnels fassent des efforts dans ce sens. En effet, en France, on note que moins de 20% des sites Web sont accessibles pour les non-voyants.

Depuis 1997, le WAI (Web Accessibility Initiative) est le groupe de travail du W3C (World Wide Web Consortium) qui est en charge de proposer des solutions techniques pour rendre le World Wide Web accessible aux personnes handicapées. Les normes à appliquer sont les directives WCAG (Web Content Accessibility Guidelines). Elles sont adressées aux développeurs afin de rendre leurs solutions (sites Web, logiciels, etc.) accessibles aux personnes déficientes visuelles notamment. La dernière en date est la norme WCAG 2.0 proposée au public en décembre 2008. Cette dernière, qui succède à la WCAG 1.0, intègre les dernières réalités technologiques du Web. A noter que le passage vers WCAG 2.0 est très simple puisque les deux standards reposent sur les mêmes bases.

Pourquoi rendre votre site Web accessible pour les non-voyants ?

Tout d’abord, la société dont nous sommes citoyens a décidé que l’accès à l’information est un droit fondamental de l’individu (cf « la loi pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées », loi n° 2005-102 du 11 février 2005).

Ensuite, en dehors du caractère éthique de la démarche, force est de constater que l’amélioration de l’accessibilité d’un site Web pour non-voyants facilitera le travail des robots d’indexation, ce qui améliorera donc aussi le référencement naturel du site Web en question.

Enfin, adopter WCAG 2.0 c’est aussi être prêt pour être compatible avec tous les nouveaux et les futurs systèmes / appareils (PDA, etc .). Cela vous évitera ainsi une refonte de votre site suite à la sortie d’un nouvel appareil par exemple. De plus, WCAG 2.0 est un moyen qui permet une navigation simplifiée aux utilisateurs peu familiers avec l’utilisation des technologies informatiques. Dès lors, adopter WCAG facilitera la navigation de vos internautes.

Les outils pour surfer « sans voir » sur le Web

Lorsque vous concevez un site Web, pensez que deux outils se distinguent nettement en ce qui concerne la navigation des personnes déficientes visuelles:

Thunder est un logiciel téléchargeable gratuitement sur le Web. Il lit à l’internaute les informations qui s’affichent à son écran.

Lynx est un navigateur Web pour les non-voyants dont le fonctionnement est proche de Firefox ou d’Explorer.

Bien évidemment, lorsque vous construisez un site Web, il est nécessaire de tester qu’il soit compatible avec Lynx. Pour ce faire, il vous suffit d’entrer votre URL dans le Lynx Viewer.

Quels sites sont aujourd’hui accessibles ?

Handicap Zero propose un annuaire participatif des sites Web accessibles; ils sont notés sur une échelle de 0 à 5.

Quel futur pour l’accessibilité ?

La prise de conscience récente du gouvernement dans la nécessité de rendre tous ses sites accessibles a finalement amené l’opinion publique à se rendre compte qu’Internet était un outil fantastique et nécessaire qui pouvait permettre aux déficients visuels de mieux appréhender le monde dans lequel ils évoluent. Et il faut espérer que l’année du bicentenaire de Louis Braille sera aussi celle de l’avènement du Web pour les non-voyant. Peut-être le Web 2.0 va t’il s’ouvrir aussi aux non-voyants….

Stéphane Chaumereuil.

Comments are now closed for this article.