L’actualité sportive sur Internet (généralité et le cas de l’escrime)

Le sport est ancré dans notre société comme un produit de consommation massive. L’information qui en découle est considérable et un chiffre le démontre bien : 30% des dépêches AFP sont sportives ! Ce constat se vérifie dans les grands Journaux Télévisés Hertziens avec la présence systématique de l’actualité sportive (footballistique principalement).

Internet suit ce même schéma ; son implantation dans le quotidien français est considérable et avec l’apparition du web 2.0, la tendance n’est pas prête de s’inverser. Bien que la première application d’Internet soit l’email, la seconde est la recherche d’informations via le web.

Malgré leur présence quotidienne dans la vie des français, ces deux acteurs économiques ont mis du temps à se rencontrer. En effet, le monde du sport est, selon les valeurs véhiculées par l’olympisme, enraciné dans l’amateurisme et les premiers sports professionnels comme la boxe, le football ou le tennis sont longtemps restés dans une logique de communication “traditionnelle” basée sur le sponsoring de terrain (offline).

Dans un premier temps, Internet et le sport ne s’intéressaient pas davantage. L’actualité sportive était suivie par les Internautes au même titre que l’information généraliste ; le milieu sportif ne développant que peu de plateforme dédiées (Sport24.com, Sports.fr, …). L’information sportive étant principalement suivie sur L’équipe.fr (un acteur traditionnel de l’information sportive).

Mais, l’évolution récente d’Internet et l’attrait naturel du sport vers les médias (et vice versa), a changé la vision du problème comme nous le décrit Bruno Lalande, directeur de TNS Sport France analyse : «Internet dont l’influence ne cesse de croître, représente une vraie locomotive sur le marché publicitaire et draine deux fois plus d’annonceurs que la télévision (3 339 annonceurs sur Internet en 2007). Son influence dépasse désormais la publicité extérieure et talonne la radio. Si la publicité finance massivement l’univers, le contenu éditorial est tout aussi déterminant. A ce titre, désormais 18 millions de Français s’intéressent au sport sur Internet en 2007 soit plus d’un internaute sur deux ! L’enjeu de l’information pour le sport business sur ce canal est donc d’actualité ! »

C’est dans ce contexte (plus d’annonceurs online que offline) que le sport et son business se tourne vers le net où le développement des petites fédérations semble plus aisé et moins coûteux. Mais l’intérêt est réciproque car la vie virtuelle des Internautes se veut être le reflet de leur vie sociale, cela implique que les habitus des “consommateurs” réels transparaissent dans leurs comportements virtuels. Le sport ayant une forte audience offline (on retrouve chaque année des rencontres de football dans le Top 10 des meilleures audiences de TF1), Internet a récupéré le filon (comme le démontre ce graphique)
Actualité Sportive on/offline

Nous voyons donc que la part de l’information sportive online a dépassé la part offline (radio et TV, la presse étant encore le principal diffuseur d’informations sportives). C’est une bascule des modes d’accès à l’information sportive qui se présente.

Étudions un cas concret du traitement de l’actualité d’un sport olympique, très bien représenté dans le paysage du palmarès français : L’escrime.

Le but de ma démarche est de connaître la visibilité de ce sport sur Internet. Je verrai alors l’intérêt que ce média porte à ce grand sport si peu médiatique.
Pour ce faire, j’ai étudié les menus et le contenu de 8 sites pure players d’actualités (3 sportifs et 5 généralistes). – étude réalisée en mai 2008.
Voici les menus des trois plus grands sites d’actualité sportive en France :
Menu Actualité Sportive
Nous voyons que les sports d’appels situés dans le menu principal de ces trois sites sont sensiblement les mêmes dans un ordre “aléatoire” :

  • Football
  • Rugby
  • Tennis
  • Basket/NBA
  • Cyclisme
  • Auto
  • Golf
  • Athlétisme

L’escrime n’en fait “évidemment” pas partie mais apparaît au niveau du sous-menu dans deux des trois sites, au milieu de sports médiatiquement mieux reconnus comme la voile, le judo, la boxe ou encore la natation. Ce premier constat apparaît donc comme étant une bonne visibilité pour l’escrime.
Voyons maintenant ce qu’il en est pour le contenu de ces pages.
Et c’est là que le bât blesse. En effet, sur “sports.fr” l’actualité de l’escrime en mai 2008 sont les championnats du monde de septembre 2007… alors qu’ont eu lieu les championnats du monde 2008 à la mi-avril à Pékin où l’équipe de France d’épée féminine a remporté le titre, portée par sa tête de proue nationale : Laura FLESSEL. Ces championnats ont été organisés sur le lieu des Jeux Olympiques pour les deux épreuves d’escrime écartées du programme officiel des JO.
Ce manque d’information est une réelle lacune. Un site qui “ne bouge pas” est un site mort, surtout dans le cadre de l’actualité…!

Voyons ce qu’il en est pour les sites d’information généraliste, dans leurs rubriques “sport”:
Menu Actualité Générale

L’actualité sur Internet est véhiculée par des sites non spécialisé, à l’origine ce sont des FAI ou des moteurs de recherche, qui ont en leur sein des équipes de rédactions ou, nous le verrons, sous-traitent cette partie rédactionnelle.
Cette fois-ci les sports d’appels sont un peu plus restreints, on y retrouve le football, le rugby, le tennis et le basket et l’on voit apparaître la Formule 1 avec une plus grande occurrence.
Dans les sous-menu, l’escrime apparaît à trois reprises. Par deux fois il est bien situé (dans les premiers), mais ce n’est que grâce au classement alphabétique des sous-menus… Dans la mesure où l’absence de l’escrime dans les sous-menus de Lycos et de MSN n’est dûe qu’à la pauvreté de ces derniers, on peut encore dire que l’escrime connaît une bonne visibilité sur ces sites par rapport à la place que ce sport occupe dans les autres médias.
En ce qui concerne le contenu, nous voilà encore limité puisque “Voilà” semble sous-traiter sa rubrique d’information sportive à sports.fr (Même Menu et sous-menu et même actualité “périmée” de septembre 2007).

La bonne visibilité de l’escrime dans les sites d’actualités n’est donc pas optimisée par la mise à jour “aléatoire” que les rédacteurs en font. Nous voyons alors que l’intérêt des sites d’actualités pour le sport n’est que marchand et se tourne uniquement vers 4 ou 5 sports où les budgets publicitaires et les annonceurs sont plus importants.

Internet n’attends pas le monde sportif pour avancé et ne ramassa que les éléments économiquement proche de ses intérêts. Pour accroître la réputation de sports peu médiatiques comme l’escrime, il faudra batailler pour prendre une place encore plus importante dans le paysage du web.
Les enjeux d’Internet pour les petites fédérations sont immenses tant le retour sur investissement peut être important. Pour ces fédérations, être médiatiquement présent représente la survie de leur sport.

La vie du sport se résume ainsi : Média = annonceur = profits = sponsors = média

Billet posté par Clément Schrepfer.

1 Comment

  1. Micka

    site à voir