Le « cybersquatting » a atteint des records en 2007

L’usurpation de noms de domaines sur internet a atteint l’an dernier des niveaux sans précédent dans le monde, selon l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle.

L’OMPI, qui gère un Centre d’arbitrage et de médiation des noms de domaines, a reçu l’an dernier 2156 plaintes contre 1824 en 2006, soit une augmentation de 18%. « Cette hausse confirme que le cybersquattage reste un problème important pour les titulaires de droits », a observé Francis Gurry, vice-directeur général de l’organisation.

Les spéculateurs en noms de domaines, sont aux aguets de l’actualité, prêts à enregistrer une adresse dès lors qu’ils perçoivent que celle-ci a des chances d’être revendue à bon prix.

L’an dernier, les litiges allaient de l’Airbus géant A380 à la technologie automobile hybride, en passant par Marlene Dietrich, les Simpson, les réseaux sociaux Facebook ou MySpace ou encore la tournée de concerts du groupe Police. Le secteur pharmaceutique a été le plus prompt à se défendre, devant la finance, le secteur de l’internet et de l’informatique, la distribution et les spectacles.

Depuis que l’OMPI a commencé à trancher ces litiges en 2000, l’institution a reçu plus de 12.000 plaintes d’une centaine de pays. Dans un quart des cas, ces différends ont été réglés à l’amiable.

Dans les autres cas, le plaignant a obtenu gain de cause dans 85% des affaires, selon l’OMPI. Les plaignants sont le plus souvent originaires de pays développés (Etats-Unis, France, Royaume-Uni). Du côté des accusés, on retrouve dans l’ordre des ressortissants des Etats-Unis, du Royaume-Uni et de Chine.

Publié dans : LExpansion.com du 28 mars 2008

Comments are now closed for this article.