Le Personal Branding : Quid des managers

Le problème de la e-reputation n’est pas nouveau : c’est aujourd’hui un enjeu crucial pour tous, car pouvant avoir des répercussions très importantes sur la vie personnelle, mais aussi professionnelle. Internet est aussi un formidable outil de relation client que les employeurs ne savent pas comment gérer…

Mardi 23 Novembre 2010 à l’Atelier.
Conférence : Le Personal Branding au service de la marque

Intervenants :

Lilian Mahoukou (Community Manager chez 1000Heads, CM de Nokia), Antoine Sire (Directeur de la Communication de BNP Paribas), Nicolas Bordas (Président de TBWA France), Philippe Gérard (Manager d’offre formation inter-entreprises, Cegos),  Pierre Chappaz (Créateur de Kelkoo et de Wikio), Fadhila Brahimi (Experte en Personal Branding).

L’objectif de cette conférence était de débattre sur la construction d’une identité numérique d’une marque par les dirigeants et la façon dont l’entreprise peut tirer parti de ses influenceurs internes. Plusieurs problématiques ont été abordés : faut-il pousser ses collaborateurs à entrer dans la conversation sur les médias sociaux? Comment gérer ce temps? Faut-il contrôler cette conversation?

A la recherche de la spontanéité

Les invités étaient d’accord sur le fait que la démarche des collaborateurs doit être spontanée et qu’il ne faut pas brider leur liberté d’expression. Antoine Sire a par exemple une notion très libertaire par rapport à ce sujet : une entreprise ne doit pas avoir une politique activiste ni une forte politique d’encadrement. Pierre Chappaz est dans le même état d’esprit puisqu’il leur laisse beaucoup de liberté, quitte à ce qu’ils fassent des erreurs. Ces dérapages donnent une proximité avec son public. Ces dernières deviennent rarement un véritable problème puisque c’est l’authenticité de l’information qui au final, prime toujours sur le contrôle.

Accompagner pour mieux contrôler

S’il n’est donc pas conseillé de contrôler excessivement, il est tout de même nécessaire de prendre des précautions en mettant en place des “gardes fou” soit par un document avec une Charte des médias sociaux (comme font beaucoup d’entreprises américaines pour éviter les dérapages) soit par une formation, une sensibilisation. Encore une fois, celle-ci ne doit pas représenter un énième règlement mais doit plutôt être présentée comme un accompagnement.

Il faut aussi repérer des personnalités intéressantes en interne et s’en servir pour donner une bonne image de l’entreprise. Les entreprises ont les moyens de mettre en valeur ces personnalités qui ont cette capacité à être auteur, à animer une communauté, à débattre et à s’engager.

Aux sources du management et de l’internet

Pour conclure, nous nous sommes rendus compte que les managers cherchent encore comment gérer leur parole sur Internet. Tous sont d’accord qu’il faut aller sur les réseaux sociaux, mais beaucoup ont encore trop peur alors qu’au final cela reste du management : si tu fais quelque chose de bien pour les salariés, ils renvoient la pareille et font primer le bon sens.

Marion Darnet et Léna Bénabdejalil, Promo API MCI (Full Time 2010-2011)

1 Comment

  1. Lilian Mahoukou

    Bonjour et merci pour cet article qui reprend bien chacun des sujets :)

    Juste une petite rectif sur la mention “CM de Nokia”. Je ne suis (hélas) pas leur community manager attitré mais l’agence pour laquelle je travaille, contribue à l’activité de la marque.

    Lilian