Le social learning, learning 2gether

Le social learning en phase de lancement

Au-delà des médias sociaux, la force du social investit de nombreux domaines tels que, par exemple, la vente avec le social shopping et, depuis peu, la pédagogie avec le social learning. Logiquement, le social learning applique une éducation basée sur les flux d’échanges au sein d’une communauté. La motivation, la solidarité et l’engagement sont les piliers de ce concept récent pour une pédagogie active et participative qui met au centre de sa dynamique les acteurs de la chaîne, soit les apprenants, les enseignants, les chercheurs et les parents. Une revalorisation de ces intervenants est logiquement encouragée par ce système offrant une
interdépendance salutaire.

Le social learning bénéficie d’avantages distinctifs notables :

>Les apprenants collaborent les uns avec les autres et sont plus actifs

>Les familles sont reliées à la communauté pédagogique et, de fait, plus impliquées

>Le renforcement du soutien qui est individualisé et personnalisé

>Les échanges culturels et linguistiques sont favorisés

>In fine, les compétences et donc l’employabilité sont décuplées

Nous sommes tous des enseignants et des apprenants

Si l’on quantifie une centaine de milliers de formateurs accrédités vivant de l’e-formation, on estime les formateurs occasionnels à 1 million d’individus. Certains voient dans le social learning l’e-learning 2.0. Un livre blanc a d’ailleurs été publié fin 2009. Les auteurs, Frédéric CAVAZZA, Cédric DENIAUD, Bertrand DUPERRIN, Clark QUINN, Harold JARCHE et George SIEMENS (spécialiste du connectivisme, théorie de l’apprentissage se basant sur l’interactivité entre l’humain et la machine) mettent en avant le bouleversement que va induire le social learning dans la société mais aussi au sein de l’entreprise 2.0. Avec l’apprentissage social, on passe du « je pense donc je suis » à « nous participons donc nous sommes » dixit Frédéric DOMON de l’agence Social Learning.

Avec 2 milliards d’internautes dans le monde, on imagine aisément la variété des profils des social learners. Si certains parlent d’appauvrissement des contenus, ils oublient que derrière les écrans se cachent aussi des formateurs, des professeurs, des chercheurs, bref une population aguerrie à l’enseignement. Le social learning va révolutionner l’apprentissage et démontrer l’efficacité de la pédagogie 2.0 car, en dehors des classes, des entreprises ou des organismes, les échanges continuent, l’entraide se renforce, l’interdépendance se crée. On peut aisément capitaliser sur la passion des professeurs qui sont majoritairement dans une dynamique de transmission du savoir. En conséquence, échanger, partager tout autant avec son concitoyen qu’un professeur de russe basé à Vladivostok va devenir une évidence.

L’apprentissage social a trouvé en les langues sa meilleure cible

Lorsque l’on apprend une langue, les échanges interculturels sont déterminants. Les membres d’un réseau social, qu’il soit linguistique ou non, apprennent en créant et développant des connexions, intentionnelles ou non, via un échange d’idées, d’expériences, de best practices, d’informations. Ils collaborent, interagissent, partagent, commentent, créent et défendent leurs points de vue, idées et opinions. Les communautés permettent, forment, guident et développent les échanges enrichissants même si informels ou surprenants sur la forme. Partager des blagues, faire du « storytelling », corriger, commenter, mettre en ligne des ressources, donner des tuyaux, lire, poser des questions, donner des exemples, bref créer l’empathie sont les attributs distinctifs des médias sociaux et donc du social learning. Les horizons s’élargissent, le développement personnel s’intensifie. Le locuteur espagnol souhaitant apprendre le mandarin pourra non seulement à coup sûr trouver son pendant chinois mais également multiplier les interlocuteurs donc les approches, les vues, les styles, les méthodes.

Si vous souhaitez aller plus loin dans l’apprentissage ou la maîtrise d’un ou plusieurs idiome(s), voici quelques réseaux sociaux faits pour vous :

BABBEL | Ce réseau encourage l’entraide et les échanges on et offline entre membres

BAB.LA | Système de boîtes à fiches échangées par les membres

BUSUU | Échanges, vidéo-chat, corrections d’exercices peer-to-peer

LEXXING | Interface et outils à la FACEBOOK (posts, photos, vidéos, forums)

LIVEMOCHA | Publication d’exercices et de leçons. Correction par la communauté. Leader en son domaine

POLYGLOT PARTY | Constitution de groupes, humeurs et publications. Rencontres physiques mensuelles

Vous n’avez désormais plus d’excuse. Que vous soyez une working girl débordée, un étudiant désespéré du faible niveau en anglais acquis en secondaire ou un globe-trotter se sentant limité dans ses échanges avec les peuples du monde, vous pouvez maintenant multiplier les sources linguistiques dans le cadre professionnel, à la maison ou encore en mobilité et, cela, via vos outils digitaux du quotidien, Facebook, Twitter, Skype et consorts sur P.C., tablette ou mobile. It’s up to you!

Sébastien JEHLEN | MCI Part Time 2010/2011

6 Comments

  1. Stef Fernier

    Merci pour cet article très intéressant sur le social learning !! Je suis persuadée que ça va en intéresser plus d’un dans la promo full time YMCI (cf cas en groupe etransfo sur l’éducation). Et ouf le Social est arrivé comme motif suffisant pour casser encore les cours dispensés de manière académique ! Les temps changent, changeons avec ! ;-))

    • Sébastien JEHLEN

      Merci Stef de ton commentaire et désolé pour ce retour tardif.
      Tous mes voeux de réussite pour l’e-transfo de l’éducation.
      Il y a, en effet, beaucoup à dire, notamment sur la dématérialisation des savoirs et sur la pédagogie 2.0.
      Bien à toi.

  2. Thibault N

    Merci Sebastien pour cet article.

    On a mis le temps, mais les mentalités évoluent.
    Je trouve en effet indispensable que l’ensemble des intervenants se retrouvent enfin sur une même plateforme d’échange afin de comprendre les problématiques de chacun.

    L’avenir devrait nous montrer de belles innovations allant dans ce sens.

    Thibault

    • Sébastien JEHLEN

      Merci à toi Thibault pour ton commentaire.
      A l’image du Web 2.0, l’horizontalité va s’imposer entre les acteurs pédagogiques et les apprenants.
      De quoi dépoussiérer les usages dans l’éducation et la formation tout au long de la vie, surtout dans un pays comme la FRANCE où la transmission du savoir est encore très codifiée et somme toute classique dans son approche.
      Bien à toi.

  3. Sylvie

    Super article ! Pour moi, le social learning offre la possibilité de se former tout au long de sa vie et rend l’apprentissage accessible à toutes les couches sociales. En un mot, il démocratise la formation. Belle idée !

  4. Sébastien JEHLEN

    Absolument d’accord avec toi Sylvie. L’Afrique, continent ayant le plus de difficultés dans l’accès au savoir pourra bientôt ouvrir de multiples fenêtres sur la connaissance et, ce, d’où qu’elle vienne.
    Bien à toi.