Les 10 plus gros mensonges de la pub online

J’ai souhaité vous faire profiter par ce billet d’un article posté sur le site de Business Insider que vous pourrez lire ici, posté initialement sur le blog d’Ari Paparo.

La pub online est de plus en plus fascinante et intriguante. Nous avons tous un avis dessus, que cela soit en tant que simple internaute ou en tant que professionnel du secteur de l’internet. Voici donc 10 préjugés à pourfendre :

1/ Il suffit d’une ligne de Javascript

Ce n’est pas parceque ça commence par <script src= qu’on peut tout faire et que cela soit forcément bénéfique.
Pensez-y bien avant de copier coller votre ligne…

2/ Seul le Taux de clic compte

La plupart des internautes ne cliquent pas, ceux qui le font ne sont pas votre cible ou l’ont fait par erreur. La mesure du clic a du sens pour les campagnes de pure marketing direct ou faisant appel à des actions spécifiques mais n’est pas adapté pour évaluer de manière générale une campagne sur internet.

3/ Couverture = cookies

La couverture est le nombre de personne faisant partie de la cible marketing qui seront exposés au message publicitaires sur un support donné. Les cookies mesurent le nombre de navigateurs exposés à la campagne. Attention à ne pas confondre un poste de travail, c’est à dire un navigateur avec une personne physique. Un consommateur derrière une IP peut en cacher un autre…

4/ Les budgets des campagnes TV arrivent sur le web !

La pub online a connu une forte croissance jusqu’ici, prenant des budgets sur la presse, le marketing direct, les petites annonces entre autres. Pour autant, la TV est plus forte que jamais. Tant que le online n’a pas la vue, le son, les mouvements et que les pubs ne seront pas vu que quelques secondes entre deux clics sur le web…cela n’arrivera pas. (ceci dit et depuis cet article, Google montre des signes fort d’appétit envers le salon et la TV).

5/ Les campagnes de bannières doivent s’adapter aux usages des liens sponsorisés

Oui le search est bien facile à acheter, à mesurer que le display. Mais alors que le search s’exprime avec seulement 95 caractères, le display peut pleinement profiter du levier considérable que représente la créativité publicitaire originale. Améliorons l’écosystème du display mais ne créeons pas des bannières à la volée et à la chaîne sous peine de diminuer fortement son potentiel.

6/ La confidentialité est un problème

La fraude, le spam et les malware sont des problèmes. Pas les données. Le fait de savoir que tel cookie dans tel navigateur visite régulièrement tel site de voiture étant en phase de renouvellement de son véhicule, n’est pas encore entré dans le royaume des crimes contre l’humanité.

7/ Faxer ses ordres d’insertions !

Plus personnes ne faxent ses ordres d’insertions…on envoi des PDF de nos jours.
(ndlr : …je faisais toujours cela il y a peine un an…et je suis sur que beaucoup de régie en France impose toujours le fax à ses agences /annonceurs)

9/ De la necessité de gérer son capping

Pour une fois, ce point n’est pas forcément un mensonge. Toutes les agences de la place font attention au capping par visiteurs uniques afin de ne pas baisser les performances et l’impact de la création publicitaire. En web on cap généralement entre 5 et 10 par VU / cookie. En TV, 5 pubs = 150 sec, en web l’exposition est d’environ 5 seconds / pub, il faudrait dont un capping de 30 pour avoir un équivalent. Personnellement, je pense qu’on devrait supprimer le capping…

9/ Attribution de la vente avec un post-view à 30 jours

La plupart des agences utilise la notion de post-view avec une durée commune de 30 jours. Cela veut dire qu’une bannière vue il y a 1 mois est crédité d’une influence dans votre achat d’aujourd’hui. Soyons honnête, l’impact d’une bannière devrait être de 2h.

10/ Les Mac sont quantité négligeable.

Personne ne le dit, mais c’est un fait, les utilisateurs de Mac n’ont aucune importance. La raison? Ils utilisent le navigateur par défaut, Safari, lequel n’accepte pas les cookies tiers !

Voila les 10 préjugés avancés dans cet article avec un avis parfois bien tranché. On peut être plus ou moins d’accord, notamment sur la notion de capping !!
Et vous qu’en pensez-vous?

Vincent Tessier – Promo MBA MCI Part time 2010-2011

Suivez-moi sur Twitter et Linkedin

Mon blog

 

 

2 Comments

  1. Presque d’accord avec toi sauf pour le point 9. L’impact d’une bannière peut aller très largement au delà de 2h.
    Il ne t’es jamais arrivé de cliquer sur un message que t’avais vu plusieurs jours auparavant et qui t’avait intéressé? Sauf que tu étais au boulot, occupé à autre chose, focalisé sur une recherche et tu ne voulais pas te disperser.
    Et 3jours après, tu revois le message, et là, c’est le bon moment tu cliques.

    Ca m’arrive plusieurs fois par semaine. Est ce que j’achète derrière? Non, pas toujours et heureusement pour ma CB!

    Tu sembles également omettre l’impact de la répétition du message, je suis curieux d’avoir ton avis là dessus!

  2. mcipromotion2011

    Hello,

    Merci de ton message.
    Tout à fait d’accord avec toi sur le fait de valoriser le display.
    Ayant travaillé en régie display je suis pas forcément objectif mais il faut bien avouer que même si la plupart des internautes ne cliquent pas, ils voient les publicités graphiques. De plus, ce point 9 parle de 30 jours pour le post view alors qu’en réalité le marché est plutôt à 24h max.

    Vincent Tessier