Les navigateurs web

Tout surf sur internet nécessite l’utilisation d’un logiciel nommé “navigateur”. Peu d’utilisateurs sont réellement conscients d’utiliser cet instrument dans la mesure où ils parviennent sur internet par le portail de leur fournisseur d’accès ( Orange, Free etc…) et lorsqu’ils veulent suivre un lien ils sont automatiquement redirigés sur internet à travers le navigateur par défaut installé sur leur ordinateur, soit à 60 % Internet Explorer.

Je me permets d’avancer cette affirmation dans la mesure où j’ai mené ma petite enquête auprès de collègues ou amis qui, effectivement, ignoraient totalement utiliser un navigateur et, a fortiori, ignoraient également qu’il en existe plusieurs modèles avec leurs avantages ou leurs défauts.

Historique 

Le premier navigateur date de 1990 et s’appelait Nexus
Le premier navigateur, stable, fonctionnel, multiplateformes etlargement diffusé, fut Mosaic, en 1993.
Dès 1995, Netscape Navigator devint le navigateur dominant. En 1995 sort également Internet Explorer 1 de Microsoft.

À partir de 2000, et après plusieurs années de guerre des navigateurs, c’est Internet Explorer qui devint le navigateur le plus utilisé. La raison en est principalement la fourniture pré-installée au sein de Microsoft Windows, exemple des abus de position dominante imputés à Microsoft, qui lui permettent de favoriser la diffusion de ses logiciels au détriments de ses concurrents grâce à sa position privilégiée de fournisseur du système d’exploitation.

À compter de 2005, on note une régression de la part de marché d’Internet Explorer, surtout au bénéfice de Mozilla Firefox.

De nombreux autres navigateurs, appelés navigateurs alternatifs, se partagent les miettes, notamment ceux basés sur le moteur de rendu Gecko de Mozilla (dont Mozilla Firefox,K-Meleon,SeaMonkey, Epiphany, Flock,Galeon), Presto (Suite internet Opera version 7 et plus, Opera MobileOpera Mini, Wii Internet Channel,Nintendo DS browser, Sony Mylo), et ceux basés sur KHTML du projet KDE (Konqueror Safari d’Apple et OmniWeb d’OmniGroup basés sur un fork de KHTML).

Le navigateur Google Chrome, édité par Google, est sorti le 1er septembre 2008.

(Source : Wikipedia) 

Fonctionnement

Le fonctionnement des navigateurs est très complexe, mais on peut dire rapidment qu’ils sont composés d’au moins 2 parties :

  • le moteur de rendu ( qui permet d’afficher les pages web)
  • l’interface utilisateur

et quelques fois des plugins

Utilisation

Les navigateurs les plus utilisés à fin novembre sont selon l’étude publiée par Xiti Monitor :

Si Internet Explorer vient en tête pour la raison ci-dessus expliquée, Firefox est le chouchou des professionnels de web grâce à ses nombreuses extensions ( ou plugins) qui lui confèrent de nombreuses fonctionnalités dont certaines leurs sont particulièrement utiles. Mais Firefox a le gros défaut d’utiliser beaucoup de ressources et est un peu plus long à charger que ses concurrents.

Les gros soucis des développeurs web est que ces navigateurs ne respectent pas tous les normes établies par le consortium W3C pour la réalisation de pages web. Chaque page doit donc être vérifiée sur chacun des navigateurs et des ” aménagements” doivent être trouvés pour un rendu correct

Le dernier test de vérication Acid test3 de rendu donne les résultats suivants

  • Opera 9.63 : 85/100
  • Chrome 1.0.154.36 : 79/100
  • Safari 3.2.1 : 74/100
  • Firefox 3.0.5 : 71/100
  • Internet Explorer 8 Beta : 21/100

La meilleure note étant de 100/100

Importance de connaître les navigateurs web pour le webmarketing

Comme nous venons de le voir, les navigateurs web affichent différents résultats à partir d’une même page. Les webdeveloppeurs ont une facheuse tendance à faire leurs pages en fonction du meilleurs des rendus. Malheureusement, la majeure partie des internautes utilise le plus mauvais. Un très bon rendu sur Firefox ou Opera pourra être une catastrophe sur Internet Explorer. Le développeur a des moyens de pallier aux défauts d’Internet Explorer mais le marketing a le devoir de vérifier que tout est bien en place. On peut effectivement trouver des décallages, des déformations, des zones qui disparaissent, des images non accessibles, des recouvrements, des problèmes de couleurs etc…Il suffit de regarder les résultats du test Acid 3 pour le constater.

Claudine Elisseev – MBA Part Time 2008

Comments are now closed for this article.