Microsoft + Yahoo : un mariage de raison ?

OPA et milliards d'euros sont des mots que l'on ne retrouve pas que dans l'actualité bancaire de ces derniers jours. En effet, Microsoft a annoncé vendredi 1er février avoir fait une offre pour le rachat de Yahoo! à hauteur de 44,6 milliards de dollars (30 milliards d'euros). Quel intérêt pour Microsoft ? Pourquoi une telle offre? Quelles complémentarités entre les différents services de Yahoo! et de Microsoft ? Google sera-t-il enfin menacé?

Alors que l'action Yahoo! ne valait que 19,18$ jeudi 31 janvier (plus bas depuis octobre 2003), Microsoft a fait une offre vendredi 1er février à 31$. Une prime de plus de 60% donc pour les actionnaires. Le groupe de Redmond souhaite acquérir le portail et a donc proposé une offre de 44,6 milliards de dollars.

Microsoft a su faire de l'informatique une innovation phare et un standard de la fin du dernier siècle. Cependant, le groupe s'est toujours montré en retard dans le domaine d'Internet. Google a annoncé un chiffre d'affaires 2007 de 16,6 milliards de dollars soit une hausse de 56% par rapport au chiffre d'affaires 2006. Le marché de la publicité en ligne représentant 21 milliards de dollars, Google en détient plus des trois quarts. Yahoo! se place second avec 15% et Microsoft en réalise quant à lui une part infime. Le marché est estimé à plus de 40 milliards de dollars à l'horizon 2011.

Mais la publicité en ligne ne représente pas le seul enjeu de cette OPA. Microsoft s'est bati une réputation grâce aux systèmes d'exploitation mais aussi grâce à la bureautique avec la suite Office. Non content de sa position hégémonique dans le domaine de la recherche, Google s'est lancé sur les plate-bandes de Microsoft avec sa suite en ligne "Google Docs". Avec le développement de clients légers (voir l'engouement pour l'EEE PC) et du travail collaboratif, ce genre de suite représente l'avenir des méthodes de travail et de la bureautique selon les experts. Microsoft et sa suite Live Docs n'est que 3ème sur le marché avec moins de 10% du marché des services en ligne loin derrière Google (60%) et Yahoo! (20%).

C'est donc pour se repositionner sur ces deux secteurs que Microsoft souhaiterait englober les services de Yahoo!. Mais une telle acquisition pose tout d'abord des questions de complémentarités. En effet, Microsoft et surtout sa branche MSN sont depuis longtemps en concurrence directe avec les services de Yahoo!. TechCrunch.com a publié un article reprenant les divers secteurs sur lesquels Yahoo! et MSN étaient présents en ligne. Il a également désigné dans chacun des secteurs laquelle des deux structures survivrait.

Outre ses problèmes de complémentarités logicielles, il va surtout y avoir un enjeu de taille pour les deux groupes concernant leur culture d'entreprise (dans le même secteur, on peut reprendre l'exemple du mariage entre AOL et TimeWarner). Comment le nouveau groupe arrivera-t-il a mixer ces deux cultures? Comment s'adapteront les employés? Une des deux cultures dominera-t-elle l'autre? Une chose est sûre, la nouvelle entité - si elle voit le jour - aura de nombreuses difficultés à régler.

A cette annonce, Google a réagi par un de ses hauts dirigeants qui juge cette offre comme n'étant "qu'une tentative de créer un quasi-monopole sur la messagerie instantanée et les comptes de courriels". Son directeur juridique faisant le parallèle avec la méthode d'élimination de Netscape par Microsoft au profit d'Internet Explorer. A ses attaques, l'homologue de chez Microsoft a répondu que Google était plutôt celui qui était en situation monopolistique et que l'offre avait pour but de créer un numéro 2 dans la recherche sur Internet et la publicité en ligne capable de combattre Google (source radiocanada.ca).

De son côté Yahoo! a déclaré devoir prendre du temps pour évaluer cette offre dans le contexte de sa stratégie.

Dernière minute : Selon le Wall Street Journal, Google aurait proposé son soutien à Yahoo! pour contrer l'offre de Microsoft. Ce soutien pourrait se concrétiser par un apport de fonds ou par un partenariat dans lequel Google proposerait sa technologie de recherche et sa plateforme publicitaire. Il faut noter que dans ce cas, l'Europe veillerait encore davantage au respect de la concurrence.

Guillaume Capron - Promo 2008 MCI - Next generation

Comments are now closed for this article.