Mon Twitter, ma bataille.

Remember… 12 octobre 2009, rentrée MCI, j’ai le ventre noué comme à mes plus jeunes années lors des rentrées scolaires. Je découvre les personnes avec qui je vais évoluer dans cette folle aventure : mon retour à l’école à bientôt 35 ans… J’appréhende de n’être qu’une des rares femmes au bord de la quarantaine mais ouf ! Mon cas n’est pas isolé… Globalement c’est cosmopolite, tant au niveau des origines personnelles, professionnelles où des âges… Un bouillon du culture qui s’annonce plutôt sympathique.

Là, j’entends parler d’un nouveau truc à la mode et je comprend à l’enthousiasme et l’insistance du serial entrepreneur en face de moi que c’est « up to date »… Twitter… c’est quoi ce truc ? jamais entendu parlé… oulala je me sens un peu larguée, mais ouf encore ! Je n’ai pas l’air d’être la seule à faire semblant de savoir de quoi il parle. Je regarde le soir même : ok d’accord on peut raconter plein de choses tout haut à plein de gens… bon je suis déjà active sur Facebook alors, what else ?

Et bien la réponse je la connais maintenant, quelques mois plus tard, quelques échanges instructifs entre étudiants plus tard, quelques Tweets ratés plus tard et quelques cours et conférences passionnantes plus tard : Twitter est une formidable source d’informations, un outil de veille sur ce qui devient au fil des jours « mon domaine » e-marketing, e-business, nouveautés multimédia, je suis dans la vague à présent.

Aujourd’hui j’ai tranché : Facebook est mon mégaphone perso et Twitter mon mégaphone (et pour l’instant surtout haut parleur) professionnel… Ok j’avoue aujourd’hui j’écoute plus que je ne parle. Toujours le même serial entrepreneur et quelques copains de classe me charrient sur le nombre peu élevé de mes tweets… mais je leur dis : au rythme auquel la vague m’emporte, je risque de surprendre par ma force twittesque d’ici à quelques semaines.

IAB - Copyright angéline Deflandre

Alors au même serial entrepreneur, aux mêmes étudiants de ma promo, je veux dire un grand merci pour ce coup de pied au derrière pour l’un et coup de jeune pour les autres. MCI sera mon trampoline vers une nouvelle vie professionnelle passionnante et constitue déjà un très bon anti-rides. Au fait les MCI c’est quand notre prochaine fiesta ?

Follow me on Twitter @Rapha0726

Raphaëlle Gueddi-Charles, Promotion e=MCI 2009-2010, Janvier 2010.
Photo : Copyright Angéline Deflandre

Tags: ,

3 Comments

  1. PATRICIA

    Rapha,
    Merci de ce billet plein de vigueur, de jeunesse , et de maturité d’esprit … et oui il faut le temps de découvrir les choses et surtout il faut avoir envie de communiquer. En tout cas échanger est le meilleur moyen de rester en éveil et éveiller on veut etre positif, positif, et positif…alors , on montre quand notre relation aux outils collaboratifs? avec nos petites camarades bien sur .

  2. No'

    Welcome to the Twitter world Raph!
    Ne te mets pas la pression quant au nombre, concentre toi sur la qualité.. De plus, il ne suffit pas d’y être, la question à se poser c’est pourquoi y être. Question à laquelle, tu sembles déjà avoir répondu… Effectivement être présent sur tous les réseaux sociaux aide à la visibilité et contribue à grandir notre e-reputation, en revanche le tout c’est de jongler avec tout çà à bon escient au risque de s’exposer à un bad buzz
    Bon tweets!

    Twitter:@ekiemag
    Blog: http://www.ekiemagazine.com

  3. Sophie Trottier - e = MCI

    Oui, Twitter monte en force… Le rythme de progression de ses adeptes le montre. Voix d’expression du nombrilisme de certains à ses débuts, il est devenu un outil de veille et de personal branding très intéressant.

    Même rentrée, autre feedback : me voici en train d’essayer de convaincre un résistant de l’intérêt de l’utilisation de Twitter dans la stratégie online de notre cas d’intégration (en la matière : un eurodéputé français)… Aujourd’hui, cet ex resistant tweete plus que moi (bon, c’est vrai que c’est facile ) :-)

    http://twitter.com/sophie_trottier