Non, tout ne va pas mal en France !

Un secteur se porte bien : l’Optique, comme nous l’avons découvert en étudiant son E-transformation. De la vente en ligne de lunettes, au buzz video, en passant par les miroirs virtuels …

Une croissance estimée à 2,5%

Le marché est soutenu par la politique de santé française qui favorise un panier moyen élevé par rapport à nos voisins européens, et un fort taux de renouvellement des lunettes. A cela s’ajoute un potentiel conjoncturel lié notamment au vieillissement de la population. Les opticiens, une profession très réglementée, bénéficient d’un créneau avec un taux de marge brute proche de 60%. 

Nuage de mots-clés Optique

 

La montée en puissance des Pure-players

Le marché de la vente de lunettes en ligne se met en place en France depuis à peine 2 ans alors que les marchés américains et anglais affichent environ 10% des ventes de lunettes en ligne. La part des ventes en ligne en France étant estimée à environ 1% des ventes pour 2012, les perspectives sont donc favorables, avec une bonne marge de progression.
Les pure-players, d’abord dopés par les ventes de lunettes de soleil et lentilles, se positionnent surtout pour des lunettes de vue sur des corrections courantes à un coût abordable, comme nous l’a confirmé Marc Adamowicz, créateur d’Happyview, lors d’un interview.
Mais la concurrence des opticiens traditionnels arrive à grands pas !

Nombreuses réussites françaises

Le géant français Essilor, groupe connu de nom mais dont on ne soupçonne pas toujours l’étendue,  affiche 30% du marché mondial de la fabrication des verres pour l’optique, et mise sur l’innovation et la recherche.

La France innove dans le domaine des outils d’essayage de lunettes en ligne qui voient le jour depuis les 2 dernières années,essayer ses lunettes en ligne avec des solutions inexistantes chez les pure-players étrangers, pourtant implantés depuis une dizaine d’années.

On peut citer Total immersion, spécialiste de la réalité augmentée, qui a lancé en 2010 son miroir virtuel sur le site Rayban, et vient d’équiper le pure-player DirectOptic.
Un autre acteur de l’essayage en ligne, est la société Fitting Box, partenaire d’Optic 2000 dans le lancement en Septembre 2012 de “My people choice” qui couple  son outil d’essayage avec un partage sur Facebook. Cette société accompagne également la création de sites web spécialisés pour les opticiens, avec sa filiale Optisso. L’essayage en ligne (à tester pour le fun !) nécessite au préalable la prise de photos 3D des montures. Là encore, une jeune entreprise française répond présent avec son produit Scancube fabriqué en Anjou.

Et le secteur fait preuve d’initiatives locales intéressantes, de la relocalisation d’Atol en 2005 , aux autres sociétés jurassiennes de fabrication de montures Haut de gamme.

Les opticiens répondent présents sur les medias sociaux

Web série ASNAV

Videos pour faire le buzz avec Krys (Mais çà , c’était avant …), ou avec les stars d’Atol, présence active sur Facebook avec presque 100 000 fans pour Afflelou notamment, avec animations et jeux-concours, blogs actifs pour les professionnels du secteurs tel Acuité.

Les institutionnels commencent aussi à utiliser les nouveaux medias comme la dernière campagne video de l’ASNAV (L’Association nationale pour l’amélioration de la Vue).

 

 

Vous pouvez retrouver l’intégralité de ce dossier ci-dessous :

 

Odile, Claire, Lionel et Arnaud

1 Comment

  1. François

    Super article, je trouve intéressant de voir comment le secteur à su, grâce notamment aux miroirs virtuels, s’affranchir d’une contrainte importante (le consommateur a besoin d’essayer les lunettes) pour accomplir son E-transformation. Preuve s’il en faut que le web est propice à toute sorte d’innovation !