Plénière d’ouverture Salon E-commerce 2011 : Le plein de tendances

Hier s’ouvrait le Salon E-commerce, Porte de Versailles. Impossible de manquer la plénière d’ouverture où sont brossées en 1h chrono les tendances du marché e-commerce. Au menu, les

chiffres du e-commerce et les visions des dirigeants d’Amazon France et de Vente Privée.

Le marché du e-commerce progresse

Marc Olivier, délégué général de la Fevad, nous présente les résultats de leur étude réalisée à partir des données recueillies auprès des 40 sites leaders participant au panel iCE.

Le marché du e-commerce se porte plutôt très bien par rapport au reste de l’économie. Les cyberacheteurs français ont dépensé 17,5 milliards d’euros sur le web au cours du 1er semestre 2011, soit 20% de plus qu’au 1er semestre 2010. Ce marché est notamment porté par le secteur de l’e-habillement (+17%) et de l’e-tourisme (+20%).

Si la croissance du e-commerce se maintient, le marché du e-commerce représentera 37 milliards d’€ à la fin de l’année 2011.

En France, on compte en 2011, 31 millions de cyberacheteurs, c’est 4,1 millions de cyberacheteurs supplémentaires en un an. Cette progression peut s’expliquer notamment par la montée en puissance des « silver seniors » (seniors) : + 39,6% pour les 65 ans et plus.

En moyenne, un cyberacheteur réalise plus de 12 achats par an pour un montant de 1 120 €. Si ce chiffre est en nette progression, il reste malgré tout deux fois inférieur à celui des anglais.

Le social shopping

Le canal web est devenu totalement incontournable pour tous les secteurs d’activités. En un an, on compte 20 000 nouveaux sites, soit une augmentation de 28%. Le web est considéré comme un canal de vente à part entière et comme un canal de prescription indispensable. 86% des consommateurs ont consulté le web avant de réaliser un achat important, c’est 5% de plus qu’en 2010. Le social shopping est désormais ancré dans nos comportements d’achats :

  • 66% consultent les avis des internautes,
  • 88% se disent influencés.

Amazon’s vision

Si l’intervention de Xavier Garambois, le Président d’Amazon France n’a pas apporté de grandes nouveautés, elle a tout de même permis de rappeler les fondamentaux à ne pas oublier pour réussir dans l’e-commerce.

Pour Amazon, il faut concilier la rapidité de développement technologique et la passion de vouloir mieux servir le client, valeur qui doit être placée au cœur de la culture de l’entreprise.

Comment s’y prend Amazon pour mieux servir ses clients ?

  • Proposer au client une offre large, Amazon agi sur 2 aspects :
    • Investir dans une infrastructure de stockage,
    • Créer en 2003 le concept de market place, qui permet aujourd’hui à 2 millions de vendeurs de vendre leurs produits à travers le monde.
    • Le client aime les prix bas : pour maintenir des prix bas, Amazon travaille en profondeur sa supply chain.
    • Favoriser la qualité de l’expérience client : par la navigation (l’ergonomie du site), le tunnel d’achat, mais aussi la qualité du service logistique, proposer une livraison rapide, grâce à un service d’expédition proposé par Amazon aux vendeurs.

La private vision de Jacques-Antoine Granjon

Jacques-Antoine Granjon, PDG de Vente Privée

Jacques-Antoine Granjon, PDG de Vente Privée

Dans un métier où l’on jargonne de plus en plus, nous avons assisté à l’intervention rafraichissante d’un des acteurs incontournables du e-commerce en France, Jacques-Antoine Granjon, le PDG de Vente Privée.

Finalement, c’est quoi le e-commerce et qu’est-ce que ça change du commerce ?

« Le e-commerce, c’est avant tout de la logistique. C’est la capacité pour n’importe qui d’ouvrir une boutique virtuelle, de présenter ses produits et de faire rentrer le monde entier dans sa boutique.»

Quelles sont les clés pour réussir ?

« C’est faire venir et faire revenir. »

Evidemment, pour apprendre à « faire venir », inutile de brosser sur ce blog les différents leviers du webmarketing (ou prenez des cours à l’ILV)…

Pour « faire revenir », J.A. Granjon cite bien sûr l’importance de la transparence, de la logistique, et en revient également au social shopping : « créer la confiance et faire de son client un ambassadeur ».

Un bouleversement du commerce

J.A. Granjon fait d’abord référence à Catherine Barba, son associée et amie, qui affirme que le e-commerce va disparaitre au profit du m-commerce. Puis il la contredit : « le m-Commerce, le e-Commerce ou encore un futur téléportation-commerce ne sont pas intéressants, ce qui est intéressant, c’est le commerce. ».

Le web a introduit l’instantanéité de la relation, nos relations aux autres ont changé, nous n’apprenons plus à attendre et cela va bouleverser notre rapport au commerce. L’outil de consommation, qui va nous permettre d’accéder à tous nos désirs, c’est le Smartphone, car nous aurons « L’offre partout, pour tout et pour tout le monde ».

J.A. Granjon l’affirme, « nous rentrons dans une société de l’offre avec la liberté totale du consommateur ». Les marques qui généreront des émotions, feront naître le désir, sauront réinventer le besoin de proximité dont les consommateurs ont besoin, se démarqueront.

Bon salon !

Gwen Broudic, Promo MCI Part-time 2010-2011

Comments are now closed for this article.