Premier “StartupWeekend” à Paris : retour sur l’épopée d’une étudiante MCI !

« Je sais que certaines personnes qui sont ici ne savent pas vraiment ce qui va se passer… Alors merci d’être venus… et d’avoir payé ». Rires.

Ainsi débutait le 4 décembre 2009 à “la Cantine”, le premier Start-up Week-end français

startup-weekend-paris-cantine-projectinTombée sur l’info et la fiche d’inscription un peu par hasard, mon sang n’avait fait qu’un tour. 2 minutes plus tard, les 45 euros payés, mon esprit commençait à divaguer. Une startup en 2 jours ! De quoi laisser rêveur tout porteur de projet.

En rassemblant une centaine de webmarketeurs, porteurs de projets et développeurs, dans un même lieu pendant 54h, le Start-up Week-end veut créer les conditions d’alchimie idéales pour booster les start-up en herbe. A la fin du week-end, la présentation finale devant un jury composé d’investisseurs et d’acteurs professionnels du web permettra de sélectionner les 3 projets les plus prometteurs.

Step 1 : Le pitch !

31 personnes se mettent en file pour présenter un projet en 60 secondes chrono. La tension monte… J’ai un projet en tête mais je suis réticente à le dévoiler. Je fais part des mes états d’âme, mon interlocuteur crie aussitôt à la salle : « Elle a peur de se faire piquer son idée ! » Comme on le dit à la Silicon Valley, l’idée ne vaut rien… ce qui compte c’est l’action.

start-up-week-end-paris-cantineJe suis donc in extremis la 32ème à faire mon pitch : « … Ma solution : une plateforme artistique… » « 10 secondes ! » « Je recherche des associés, un développeur et… » Le micro se coupe. Fini !

Step 2 : La campagne…

Objectif récupérer le maximum de votes : aller rencontrer chacun des 100 participants. 2 personnes viennent spontanément vers moi : un potentiel associé et un investisseur voulant en savoir plus. J’ai déjà une bonne dizaine de billets mais pour assurer mes chances de sélection, je décide de fusionner avec un autre porteur de projet. 12 projets ressortent du lot et nous sommes dedans !

Step 3 : Recruter, séduire.

Tous les coups sont permis : chaque porteur de projet se transforme en homme sandwiche : « Développeur, graphiste : join us !!! » Nous sommes 10 ! 2 développeurs, 1 designer, 1 juriste et des marketeurs aux profils divers. Un porteur de projet adverse nous vole in extremis notre développeur.

Moi qui étais si décidé à garder le projet secret, je me retrouve à manager une équipe de 9 inconnus. « Alors mon projet euh… » Le document de vision permet de se mettre d’accord sur quelques points-clés mais certains estiment que ce n’est pas encore assez précis… La fusion des projets s’avère périlleuse. Il est finalement décidé que nous nous plancherons sur mon projet de réseau créatif, dont je suis enfin reconnue responsable…

Les débats continuent d’être animés autour de la définition du concept : « On a besoin de savoir : il s’agit plutôt d’une fiche projet ou un réseau social créatif ? » « Les deux pourquoi ?!». Après une défection d’une partie de l’équipe, un improbable consensus a lieu : ce week-end nous nous concentrerons sur la partie « projet »…

start-up-week-end-paris-cantine-projectin

Step 4 : Fédérer…

A défaut de business plan déjà établi, donner une orientation plus précise pour souder l’équipe. 3h du matin : j’écris un mail aux couche-tôt pour les remotiver. Je rédige ce que j’attends de la fameuse fiche projet.

Le lendemain, 10 h nous sommes 6. Not too bad. 13h : nous parvenons enfin à répartir les taches : une équipe pour l’architecture technique, une équipe marketing, un développeur. Nous collons des post-it un peu partout pour intimider nos concurrents… et pour y voir plus clair.

Entre-temps… notre gourou américain

De temps en temps, un organisateur de l’équipe passe, puis c’est au tour de notre coach américain. « Quelle est votre spécificité ? Quelle est la taille du marché ? C’est le plus important ! Oui vous devez développer un réseau social et être les premiers sinon c’est nul !… (Ah j’avais raison !) Maintenant vous avez tout, vous devez créer une société rapidement et diviser les parts en 6… » (Euh pas trop d’accord pour ce coup là…)

start-up-week-end-paris-cantine-projectinUne clé du succès du Startup Week-end est sans aucun doute l’atmosphère de convivialité avec les autres participants, propice au réseautage et à l’échange d’idées. Quelques lancers de frisbees fendent parfois le ciel…

Sur l’écran de projection, les twits des différents compétiteurs permettent de suivre l’avancement des autres équipes ou de faire sa pub. « Project’in en force ! Le pouvoir aux artistes !»

Step 5 : Le grand oral.

Ils sont là en première ligne, prêts à dégainer leurs votes et leurs remarques assassines. 5 minutes par projet pour convaincre. Le powerpoint plié en urgence quelques minutes auparavant, nous voici au devant de la scène. Pas le temps de répéter, la fatigue est incommensurable, la démo pas prête. « Project’in : Accélérateur de projets créatifs » Josselin, qui a suivi des cours d’improvisation, fait le pitch, Julien la démo, je me charge de l’intro et de la partie question réponse.

Et si c’était à refaire ?

La boule au ventre, je ressors soulagée (dormir enfin) et un peu frustrée : un week-end, c’est décidément trop court. Comme le disait Franck pour conclure le week-end : « 54h pour créer une start-up, c’est irréaliste mais, c’est comme pour le loto, tous les porteurs de projet ont commencé par travailler au moins 54h sur leur projet… ». Applaudissements.

start-up-week-end-paris-cantine4

Ce que je retiens de ce week-end : une fatigue intense, un goût d’utopie, la sensation que monter une startup n’est pas si compliqué, un parrain et des partenaires potentiels, une solidarité entre les différents porteurs de projet… Les longs échanges avec une équipe peu encline au consensus mou…ont eu le mérite de modifier certaines idées et de se recentrer sur le cœur du projet.

Bref une première impulsion 100% bénéfique.

S’il y avait deux axes d’amélioration : 3 équipes dans une même salle = une belle cacophonie ! Prévoir plus d’espace pour se concentrer plus efficacement sur les projets ? Et enfin, une communication sur le net plus importante sur les différents projets et équipes, notamment pour retrouver le nom des autres participants.

Les 4 gagnants

Trois projets ont été récompensés par le jury : Monpetitsyndic.fr, Chicmeup, Lepotiron.com. Des projets très différents qui ont pour point commun d’avoir fait un travail de titan en seulement 54 heures. Ils ne savaient pas que c’était impossible alors ils l’ont fait…

Le 4ème gagnant ? Project’in bien sûr ! Le projet est désormais sur de bons rails. Je poursuis le travail dans le cadre du cours de gestion de projet du MBA MCI avec une équipe d’étudiants. Le Start-up Week-end m’a également permis de trouver mon premier associé. D’autres développements sont en cours…

Et si c’était à refaire donc ? Une bonne nuit de 54h avant… tout simplement.

start-up-week-end-paris-cantine-projectin

Un grand merci à mon équipe du SWPA, Aurélien, Josselin, Julien, Nadir et Fabien.

Angéline Deflandre. Etudiante MBA MCI full-time 2010

Comments are now closed for this article.