“Serious Games”, un marché en pleine extension

En dépit des 20 millions d’euros qui ont été débloqués par le secrétariat à l’économie numérique pour aider 48 projets, le marché français accuse un sérieux retard par rapport à ses partenaires européens, et en particulier le Royaume-Uni qui a créé dès 2002 le “Serious Games Institute“.

Et pourtant, bien que 74 % des français ne connaissent pas le concept de serious games (Source Cabinet Vento), il s’agit d’un marché en pleine expansion touchant l’ensemble des secteurs d’activité : formation professionnelle, santé, défense…

Vers une définition des Serious Games

“Serious Games” signifie littéralement : jeu sérieux. Ces applications permettent d’utiliser le savoir-faire narratif associé aux jeux vidéos, ainsi que les technologies mises en oeuvre pour la construction des scénarios interactifs. Ces serious games sont ainsi utilisés à des fins de formation et de transmission des connaissances. L’utilisateur est invité à interagir avec un support qui mêle des objectifs de communication, d’information, d’enseignement, d’apprentissage ou d’entraînement. Se trouve donc associé, sous forme de jeu, un contenu utilitaire et une approche ludique.

Let”s play

Les spécialistes considèrent America’s army comme le premier Serious Game de l’histoire. Ce jeu est de prime abord assez classique pour un jeu vidéo – missions de combat, entraînement militaire, séances de tirs…-, toutefois des militaires professionnels peuvent conseiller les joueurs et les meilleurs sont ensuite sollicités par mail pour rejoindre les rangs… des Marines.

D’autres réalisations célèbres méritent d’être citées :

1. Food Force : un jeu développé par le United Nations World Food Programme afin d’apprendre aux recrus à acheminer l’aide alimentaire d’urgence à une population victime d’un conflit armé.

2. Darfur is dying : conçu par deux étudiants pour sensibiliser les joueurs à la vie des réfugiés du Soudan et les inviter à se manifester par mail auprès du président des Etats-Unis.

3. Pulse : le plus cher des serious games de l’histoire – un développement qui coûta 14 millions de dollars-, est utilisé aujourd’hui pour valider la formation des étudiants en médecine des universités américaines et actualiser leurs compétences. Le jeu se déroule dans une salle d’urgence d’où le joueur doit prendre en charge le patient dès son arrivée, jusqu’au traitement.

Vous l’aurez compris les serious games peuvent être utilisés pour tout apprentissage : la formation des chauffeurs de bus (Bus Training Game), familiariser les enfants avec les oeuvres d’un musée (British Museum) ou encore pour la simulation de recrutement.

Le marché français

Il ne représente aujourd’hui qu’une dizaine de milliers d’euros. Néanmoins, tous les grands groupes utilisent ces jeux nouvelle génération: la Société Générale et Renault perfectionnent la formation de leurs commerciaux  par la mise en situation virtuelle ; l’Oréal assurera la présélection cette année de ces stagiaires, grâce au jeu Reveal.

Alors si vous aussi êtes intéressé par ce marché en pleine expansion, rendez-vous sur le blog serious-game.fr où vous trouverez de nombreuses informations.

Comments are now closed for this article.