Tout est bon pour faire un buzz ?

C’est la nouvelle opération de buzz de l’agence buzzman : « the cell experience »

the_cell_experience.gif

Aujourd’hui un homme a été enfermé dans une cellule isolée avec son téléphone portable ; cellule dans laquelle il devra rester 5 jours d’affilés pour gagner la somme de 5000.- euros. L’objectif pour les internautes est simple : le faire craquer en suggérant des épreuves qu’il aura à passer. Certaines épreuves sont déjà connues comme la diffusion forte de heavy metal, une cohabitation avec des chèvres, des menus à base de tripes et d’insectes.

Tout est bien sûr diffusé en direct sur le net 24h/24

Voilà pour la présentation et bien évidemment ce buzz de “web réalité” pose un problème majeur: l’enfermement de quelqu’un a des fins publicitaires. A mon sens pas le meilleur axe de communication pour Zoaza. ; malgré la volonté de toucher son public de prédilection : les jeunes.

Mais d’autres problèmes se posent aussi : comment est-ce que les épreuves vont être filtrées ? Car dans la liste des propositions données par les internautes; on peut déjà lire des suggestions comme « il se fait attaquer par un ours », « on lui coupe un bras ». Très peu probable que celles-ci seront choisies… Ou alors?

Ce qui me déplait dans ce buzz, c’est ce à quoi il fait appel : le voyeurisme, la curiosité malsaine, et surtout la créativité au service de l’échec : et oui, il faut bien que notre prisonnier (Vladimir de son prénom) craque ! Et pour ne rien manquer des épreuves qu’il aura à subir, vous pouvez créer une alerte mail, suivre ses gestes dans les moindres détails sur twitter, ou encore télécharger les épisodes des cell sur Zoaza.

Bref, tout un programme pour satisfaire (toutes?) vos curiosités…

Est-ce que tout est permis pour faire du buzz ? Ou sont les limites? Une reflexion que je vous confie pour le week-end à venir…

Nadia Garidi – MBA part time

Tags:

1 Comment

  1. De pire en pire …
    J’ai vu qu’une ex-star de téléréalité américaine, vendait sa mort en direct à présent (elle est condamnée à cuase d’un cancer et a offert ses derniers jours à une émission américaine).