VENDREDI, le journal du web

C’est suffisament rare pour etre mentionné : un nouveau journal indépendant vient de naitre, et il parle du web. Hebdomadaire disponible en kiosque, Vendredi a été fondé par deux grands noms de la presse : Jacques Rosselin, fondateur du Courrier Intenational et Philippe Cohen, co-fondateur de Marianne. Dédié aux infos glanées sur le web et jouissant d’un format tout en longueur inédit pour ce type de parution, le journal surprend mais ne convainc pas totalement….

Vendredi.jpg

Qu’offre concretement “Vendredi” contre les 1€50 demandés? Une sélection d’articles et de brèves issus de sites Web et de blogs en large majorité, ainsi que quelques papiers de fonds sur des sujets economiques. C’est une sorte de “Netvibes” en format papier, d’où une petite décéption pour celui qui esperait retouver des informations sur le monde et les acteurs du business de l’internet (comme Musique Info Hebdo pour l’industrie du disque, CB News pour la publicité etc.). En 8 pages, le journal n’apprend rien de nouveau aux adeptes des flux RSS et autres navigateurs réguliers du web, et si on peut saluer la multiplication des infos très eclectiques (de Barack Obama aux commentaires de Viedemerde.com), on remarque que cela génére un flou dans la ligne redactionnelle, forcément liée aux publications quotidiennes sur la toile. Un bon point néanmois : peu de publicité (d’où un prix plutôt élevé) qui favorise la place aux informations.

Si la lecture de Vendredi est plutôt distrayante, le journal peine en revanche à trouver concrètement son lecteur. S’agit il de l’internaute à la recherche d’un support regroupant tous sortes d’articles et de liens sur des sujets d’actualité ? Peu probable : Il trouvera sans probleme ce qu’il recherche sur le web. Quand aux lecteurs encore non connectés sur la toile, on peine à croire qu’ils s’interesseront à un journal qui propose des liens sur lesquels ils ne cliqueront jamais. Peut etre pour les initier au monde de l’internet en douceur en vue de leur connexion future….

Vendredi est donc décevant, et malgré l’évidente motivation de la rédaction de populariser le web auprès du plus grand nombre, il apporte trop peu aux amateurs du web et aux non-initiés pour etre véritablement incontournable.

Benoit Pons

Comments are now closed for this article.