Vers une généralisation du Free-To-Consumer

Tout d’abord, quel est le concept ?

Le Free-to-Consumer, comme son nom l’indique, est basé sur du contenu ou un service (voir un produit) offert au consommateur. Il y a donc transfert du modèle économique, puisque l’on passe de quelque chose de payant qui rentabilise l’activité à quelque chose de totalement gratuit. Il faut donc se tourner vers d’autres sources de financement, à savoir, la publicité.

Comme exemple connu de tous, la presse quotidienne gratuite avec 20 minutes, Métro, Sport, Economie Matin, etc.

Pourquoi allons-nous vers une généralistaion de ce concept, surtout sur Internet ?

Ce modèle économique existait en fait avant la bulle Internet et n’avait pas rencontré le succès excompté par manque d’audience. Maintenant que nous sommes près de 12 millions d’abonnés en haut débit en France et environ 50 millions aux Etats-Unis, ce concept reprend tout son sens.   

De plus, Internet se prête parfaitement à ce genre de modèle économique puisque la tracabilité et le trafic y sont précisement quantifiable pour un calcul de retour sur investissement (ROI) optimal.

Le Free-to-Consumer a donc pour avantage d’attirer un maximum de monde et de donc de permettre aux annonceurs d’utiliser ce vecteur pour la diffusion de leur publicité. Ce concept est applicable à un grand nombre de secteurs d’activités (principalement les services).

Le dernier en date est la musique avec la création de portails de téléchargement gratuit de musique, QTrax ou SpiralFrog. Ils proposeront des morceaux issus des catalogues de major comme Universal ou EMI avec comme contre-partie, un spot publicitaire de 90 secondes pour chaque téléchargement. Disney s’y est également essayé, il propose sur le site de la chaine américaine abc, la possibilté de regarder gratuitement (avec de la pub) les épisodes de LOST ou Desperate Housewives le lendemain de leur passage en TV.

Bientôt nous retrouverons ce modèle pour le cinéma, les billets d’avion ou de façon plus réaliste, l’hébergement web et le référencement payant ? Jusqu’où les annonceurs vont-ils soutenir ce modèle ?

Tout est une question de ROI …

Source : Le Nouvel Economiste

Auteurs : Pauline Boedels, Claire Christmann, Charles Martin, Guillaume Nicolas

Comments are now closed for this article.